Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Vendredi 27 juin

    Dominicains en devenir

    Zone Doc : Alléluia
    Radio-Canada, 21 h

    Ils choisissent cette voie comme solution de remplacement au désordre ambiant, après avoir été, plus jeunes, distraits par les jeux vidéo ou par une sexualité mal réglée.

     

    Les quatre jeunes séminaristes québécois que Jean-Simon Chartier a suivis pour son film Alléluia, qui documente leur entrée dans l’ordre des Dominicains, ont un parcours inusité. Provenant d’une société non croyante, ils se sont tournés vers la religion, souvent à la faveur d’un cours de philosophie enseigné au cégep. En mal d’absolu, voire de perfection, ils épousent les dogmes du christianisme et font voeu, au fil de leur engagement, de pauvreté, de chasteté et d’obéissance.

     

    Julian, Daniel, Jonathan et Simon, tous dans la vingtaine, étaient quatre des cinq jeunes séminaristes au Canada à entrer dans l’ordre des Dominicains en 2010. « La pauvreté, j’en avais soif », dit l’un d’eux, faisant allusion à la société de consommation dont il est issu.

     

    La chasteté et l’obéissance sont par ailleurs des voeux plus ardus à soutenir, constatent-ils. Il y a 40 ans, il y avait 60 000 membres des ordres religieux au Canada, alors qu’il n’y en a plus que 14 000, dont 700 à 800 meurent chaque année, précise d’entrée de jeu le documentaire. Il y a dans cette entrée dans les ordres religieux « une certaine fuite du monde », reconnaît l’un des séminaristes. Mais ça n’est pas un rejet du monde, dit-il, plutôt un recul qui permet de développer « une parole qui va toucher les coeurs de ceux qui sont dans le monde », ajoute celui qui veut devenir officiant.

     

    Leur chemin n’est pas sans épreuves, la vie de silence et d’étude n’étant pas faite pour tout le monde, remarque un autre séminariste. Les jeunes doivent également faire face à un choc des générations, puisque la plupart des frères qui les accompagnent ont rejoint l’ordre religieux il y a des décennies, lorsque la société québécoise était encore très croyante. Alors que les plus vieux sont discrets sur leur allégeance religieuse, les jeunes l’affichent et assument leur différence.

    Zone Doc : Alléluia
    Radio-Canada, 21 h












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.