Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    À voir le mardi 12 mars - Vaya con Dios !

    Cinéma
    Les sept mercenaires

    Cinépop, 20h

    Dans un hameau mexicain désoeuvré, hommes, femmes et enfants subsistent comme ils le peuvent, leur solidarité étant leur principal outil de résilience. Comme si leur existence n’était pas déjà assez ardue comme cela, ces pauvres villageois sont les victimes désignées d’une bande de maraudeurs qui viennent piller leurs maigres denrées mois après mois. Confrontés à la menace d’une escalade dans les vols et la violence, les anciens décident d’aller quérir des armes dans une ville frontalière américaine. Sur place, ils font la connaissance de Chris, un tireur d’expérience qui leur suggère d’embaucher des mercenaires plutôt que d’acheter des armes. Après s’être fait tirer l’oreille, Chris accepte d’être l’un de ces mercenaires. Six autres compagnons d’armes se joindront à lui.


    Les sept mercenaires est bien sûr un remake hollywoodien du film Les sept samouraïs, l’un des nombreux chefs-d’oeuvre signés Akira Kurosawa. Assez mal reçue par la critique lors de sa sortie en 1960, la mouture de John Sturges (Un homme est passé, La grande évasion), qui transpose l’intrigue du Japon féodal à l’Ouest américain, a depuis pris du galon, au point d’être considérée comme un classique du genre à part entière. La présence au générique des acteurs Yul Brynner, Steve McQueen, Charles Bronson, James Coburn et Eli Wallach y est sans doute pour quelque chose.


    Aux États-Unis, la presse ne fut pas la seule à accueillir tièdement Les sept mercenaires. Fataliste, le ton de l’oeuvre eut l’heur de déplaire aux amateurs de héros triomphants. Sans réelle surprise, le film connut en revanche un énorme succès en Europe, à tel point qu’une pléthore de suites (médiocres) virent le jour. Aucune n’arrive à la cheville de l’original, qui n’en était pas vraiment un.


    À ce chapitre, John Sturges eut largement de quoi se consoler de la mauvaise presse lorsqu’Akira Kurosawa l’assura avoir adoré sa version avant de lui offrir un sabre.













    Envoyer
    Fermer