Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Télévision à la une - Pour le meilleur... et le reste

    À toi pour toujours : la petite histoire du mariage
    Historia, les lundis 11, 18 et 25 mars à 20h

    En rediffusion les mardis à 23h, les mercredis à 14h, les jeudis à 18h et les vendredis à 11h.

    On ne pourra pas dire que les programmateurs de la chaîne câblée Historia, qui devrait d’ailleurs changer de propriétaire sous peu, n’ont pas eu de suite dans les idées en concoctant la programmation de cet hiver. Après avoir présenté des miniséries documentaires sur l’histoire récente de la femme et de l’homme québécois, voilà qu’ils nous offrent de boucler la boucle en faisant de même avec ce qui a lié (et lie encore parfois) cette femme et cet homme: le mariage.


    L’institution du mariage a perdu des plumes depuis quelques décennies en Occident. C’est tout particulièrement le cas au Québec, où près de 40 % des couples vivent aujourd’hui en union libre. La fin de l’emprise de l’Église catholique sur la vie sociale et privée d’une très grande partie de la population explique ce phénomène, tout comme les changements législatifs des dernières années qui reconnaissent des droits aux couples non mariés. Depuis le début des années 90, le nombre de mariages contractés chaque année est passé sous la barre des 30 000, un seuil atteint pour la première fois en 1940, alors que la perspective d’avoir à aller sacrifier sa vie sur les champs de bataille de l’Europe avait précipité de nombreuses unions...


    La «petite histoire du mariage» que nous propose la minisérie documentaire À toi pour toujours débute d’ailleurs au lendemain


    la Seconde Guerre mondiale, époque où le Québec, prospère et sur la voie de la modernité, est cependant toujours sous l’influence omniprésente du clergé catholique. Ce projet télévisuel ne se contente heureusement pas de suivre chronologiquement l’évolution de cette institution: il dresse plutôt un panorama sociohistorique qui se permet des allers-retours dans le temps.

     

    Avant, pendant et après


    La réalisatrice et scénariste Denise Payette (derrière une autre série présentée à Historia, Nos commerçants) a choisi de décliner cette histoire québécoise récente du mariage en trois «temps», trois étapes de cet engagement, qui constituent également chacun des «thèmes» des trois épisodes. Le premier épisode, intitulé En veillant sur le perron, s’attarde à ce qui précède la cérémonie du mariage, en insistant surtout sur les us et coutumes qui caractérisaient la cour prénuptiale avant et dans les premières années de la Révolution tranquille: les fréquentations sous haute surveillance, la confection du trousseau, la grande demande au père de la bien-aimée, les cours de préparation au mariage, l’enterrement de vie de garçon et le shower de mademoiselle, sans oublier l’essentiel billet de confession avant de remonter l’allée à l’église...


    Le tout est commenté avec beaucoup de verve, d’humour et force détails par de «jeunes mariés» de cette époque (dont un certain Claude Dupras, un politicien montréalais que les plus vieux reconnaîtront) qui nous paraît si lointaine. Leurs commentaires sont appuyés par les explications d’historiens, et plus particulièrement de Denyse Baillargeon, une spécialiste de l’histoire des femmes déjà présente dans la série Reine du foyer, qui retracent les origines de nombre de traditions. Des couples récemment mariés se joignent à cette veine historique pour donner une perspective actuelle à ces rituels.


    Les lumières de tout ce beau monde éclairent également le deuxième épisode intitulé Oui, je le veux!, consacré à l’évolution des traditions et rituels associés au grand jour à proprement parler: la robe de la mariée et la fameuse jarretière, le bouquet, les photos, le gâteau et ce qui entoure la réception, sans oublier les tours que l’on jouait (et qu’on joue encore parfois) aux heureux mariés.


    La série se conclut avec Pour le meilleur..., un épisode entièrement consacré au désormais incontournable voyage de noces et à l’évolution dans le choix des destinations, au gré du développement des transports routier, naval et aérien, mais aussi à la suite de l’essor de la classe moyenne, qui peut se permettre une lune de miel digne de ce nom. On passe donc de Charlevoix à Niagara, d’Old Orchard à la Floride, jusqu’aux destinations plus exotiques des Caraïbes, qui offrent même de célébrer le mariage sur leurs plages en compagnie de la famille et des proches, si on a les moyens... et l’envie de célébrer en groupe.

     

    Petite histoire


    Ce triptyque sur le mariage ne vient pas bousculer l’image que l’on se fait des mariages d’antan, ne les magnifie pas ni ne les dénigre.


    Il apporte tout simplement un éclairage rafraîchissant, surtout dû aux contributions des mariés d’antan, riches en anecdotes éclairantes sur une époque que les plus jeunes téléspec-tateurs n’ont pas connue et ont parfois du mal à imaginer... Ceux qui ont l’âge des intervenants n’apprendront strictement rien de neuf, à part peut-être les origines lointaines de certaines traditions, mais ils auront sans aucun doute la nostalgie heureuse, rallumée par les abondantes images d’archives de mariages d’un autre temps. Le charme suranné et le ton pas trop sérieux (mais juste assez sérieux) de cette petite histoire justifient amplement qu’on y jette un coup d’oeil, avec ou sans l’être aimé.


    À toi pour toujours : la petite histoire du mariage Historia, les lundis 11, 18 et 25 mars à 20h

    En rediffusion les mardis à 23h, les mercredis à 14h, les jeudis à 18h et les vendredis à 11h.













    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.