Les cloches, Danses symphoniques de Rachmaninov

Le disque Rachmaninov publié par la Radio bavaroise cette semaine couple deux oeuvres de Rachmaninov identiquement hantées par la mort, même si celle-ci émerge petit à petit, parfois à travers de subtils indices. Plusieurs interprètes confondent les Danses symphoniques avec un concerto pour orchestre. L’oeuvre est bien plus profonde que cela. Kondrachine l’avait montré au disque (1963), Gergiev en concert à Montréal (2013). Mariss Jansons ajoute cette dimension grinçante par rapport à ses deux enregistrements précédents, à Saint-Pétersbourg (EMI) et à Amsterdam (RCO Live). Dans Les cloches, il peut miser sur le meilleur choeur symphonique du monde, préparé par Peter Dijkstra. Les alliages de couleurs entre le choeur, l’orchestre et la soprano Tatiana Pavlovskaïa, dans le 2e mouvement, sont magiques. C’est le plus grand disque dans ce répertoire depuis Kondrachine il y a plus de 50 ans.

 

Mariss Jansons dirige les Danses symphoniques de Rachmaninov

Les cloches, Danses symphoniques

★★★★★
Classique

Rachmaninov, Orchestre de la radio bavaroise. BR Klassik 900154