No Dogs Allowed, Sidney Gish

Vous vous souvenez de la naïve comptine After Hours, des Velvet Underground ? C’est une jolie ballade avec quelques notes répétitives seulement, chantée par une voix de femme enfant (la batteuse du groupe, Maureen Tucker) avec dénuement et mélancolie. Cette chanson parle de tourner le dos au monde et d’inventer son propre univers dans lequel vivre. Sidney Gish, auteure-compositrice-interprète de 20 ans seulement, propose sa version en 13 chansons de cet hymne à l’introversion. Cette nouvelle proposition de la filière « bedroom pop » — dans la veine de Frankie Cosmos ou Girlpool — est une belle et pure incarnation du « faire soi-même » et de l’inconfort social en tout genre. Avec ses falsettos charmants, sa guitare simple et ses paroles bien tournées, Gish a quelque chose de drôlement émouvant. Émouvant, du style « c’est fou comme on s’en fait pour rien parfois ». L’anxiété des autres aurait-elle le pouvoir de désarçonner la nôtre ?
 

No Dogs Allowed

★★★ 1/2
Anti-Folk

Sidney Gish, Indépendant