Lost Is My Quiet. Airs et duos de Purcell, Mendelssohn, Schumann et Quilter. Carolyn Sampson et Iestyn Davies.

Les 22 et 23 décembre derniers, le public de la Maison symphonique de Montréal découvrait, ébahi, la soprano britannique Carolyn Sampson, vedette incontestée du premier Messie de Yannick Nézet-Séguin. Cette voix divine est ici associée avec l’un des grands contre-ténors du moment, Iestyn Davies, dans un programme de duos parsemé de quelques solos essentiels (Music for A While par Davies, If Music Be the Food of Love par Sampson), accompagnés au piano par Joseph Middelton. L’alliance des deux timbres est aussi heureuse que celle, par exemple, de Karina Gauvin et Marie-Nicole Lemieux. Cette couleur fusionnée, qui s’impose naturellement dans la révision Britten des airs de Purcell, fonctionne de manière surprenante dans Mendelssohn et Schumann, Iestyn Davies colorant son timbre avec grande subtilité, de façon à ne jamais apparaître exotique. Il résulte de l’ensemble une atmosphère de grâce planante et heureuse.

 

Carolyn Sampson et Iestyn Davies chantent Ich wollt' meine Lieb' ergösse sich de Mendelssohn

Lost Is My Quiet

★★★★
Classique

Airs et duos. Carolyn Sampson et Iestyn Davies. Bis-2279.