Lior Shoov, Lior Shoov

Des musiques qui jettent ainsi dans une douce et brillante déraison, c’est rare. Voilà l’effet Lior Shoov, artiste et musicienne israélienne désormais installée à Paris — celle qu’on appellera une révélation de grand chemin. Ce premier album, un petit cirque loufoque et follement envoûtant, porte deux faces : un intérieur absolument libre et sauvage, mélancolique sans l’être, et un extérieur exubérant habillé de mondes à la fois familiers et mystérieux, où mademoiselle chante en trois langues : français, anglais, hébreu (superbe Rega). Sa voix souple mène un train lancé sur cinq, dix rails en même temps — et la floraison d’instruments (ukulélé, accordéon, violon, kalimba, hang, contrebasse, claquements, souffles, jeux de bouche et quoi encore ?) se répond dans un rythme irréprochable. Un grand entonnoir, bref, où Lior Shoov raconte sa vie, ou cinq ans de voyages, avec une sensibilité en tous points lucide. Ses mondes tirent des fils de lumière et on ne s’en lasse pas, tant c’est vivant et vrai. À voir le 17 février au Ministère, à Montréal.

 

Lio Shoov - Caress My Skin

Lior Shoov

★★★★
Folk expérimental

Lior Shoov, L-A be