1926-2018: François Morel, le dernier des Mohicans

Le compositeur François Morel a été l’un des pionniers de la diffusion de la musique contemporaine au Québec.
Photo: Jacques Grenier Le Devoir Le compositeur François Morel a été l’un des pionniers de la diffusion de la musique contemporaine au Québec.

Le compositeur québécois François Morel s’est éteint dimanche soir à l’âge de 91 ans. Il fut l’un des pionniers de la diffusion de la musique contemporaine au Québec.

 

Né le 14 mars 1926 à Montréal, François Morel connut sa première consécration le 16 octobre 1953, lorsque Leopold Stokowski créa son oeuvre Antiphonie à Carnegie Hall dans le cadre d’un concert de musique canadienne.

 

C’est avec Serge Garant et Gilles Tremblay que François Morel, élève en composition de Claude Champagne (1891-1946), travailla, dans les années 1950, à la diffusion de la musique contemporaine au Conservatoire de musique de Montréal, puis en créant le groupe Musique de notre temps avec Serge Garant, Otto Joachim et Jeanne Landry. Alors que ses contemporains allaient parfaire leur formation en France auprès de Messiaen ou Dutilleux, Morel était resté au pays.

 

Un « trouveur »

 

François Morel travailla de 1956 à la fin des années 1970 à Radio-Canada, où il écrivit des indicatifs et des musiques pour la radio et la télévision et oeuvra comme conseiller musical et recherchiste. Pour Gilles Ouellet, orchestrateur, compositeur et chef d’orchestre, proche confident et ami pendant plusieurs années, François Morel « a représenté un idéal, un modèle d’ouverture. C’est le même compositeur qui a écrit l’indicatif musical accrocheur pop-jazz de l’émission télévisée Quelle famille en 1969 et L’étoile noire en 1962, oeuvre pour orchestre aux sonorités d’avant-garde ».

 

Gilles Ouellet décrit celui qui fut professeur à la Faculté de Musique de l’Université Laval (à partir de 1979) comme un « trouveur » qui « a vu naître la télévision de Radio-Canada, où il a contribué de façon marquante à établir des standards de qualité et d’originalité ».

 

François Morel a composé plus de 100 musiques de téléthéâtres et de téléromans de 1954 à 1981, ce qui n’a pas toujours été bien vu dans le milieu de la musique contemporaine. « Ces expériences de travail auront grandement contribué à faire de lui ce musicien complet, universel et forcément plus “contemporain” que plusieurs… », estime M. Ouellet.

 

Souvent joué par l’OSM

 

L’Orchestre symphonique de Montréal a souvent joué la musique de François Morel. Igor Markevitch a créé Boréal, oeuvre influencée par la rencontre du compositeur avec Edgar Varèse ; Thomas Schippers a dirigé L’étoile noire, d’après Borduas ; Rafaël Frühbeck de Burgos a créé Jeux au moment des JO de 1976 et Charles Dutoit Aux couleurs du ciel, inspiré de Poussières d’étoiles d’Hubert Reeves.

 

« D’un caractère sympathique avec tous », dans les mots de Gilles Ouellet, François Morel n’avait pas de préféré parmi ses condisciples. Citée par l’Encyclopédie canadienne, la musicologue Lyse Richer décrit sa musique comme celle « d’un compositeur aux couleurs très riches et aux sonorités éblouissantes » et dépeint un « homme chez qui l’émerveillement gratuit et spontané cède le pas à la satisfaction provoquée par l’oeuvre bien faite et qui sonne bien ».

 

« C’était une figure de proue, et c’est une page d’histoire qui se tourne », résume M. Ouellet, qui salue le départ de M. Morel comme celui du « dernier des Mohicans » de la musique contemporaine.