Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Rencontres de l'ADISQ: toutes données unies pour le spectacle

    25 octobre 2017 |Philippe Papineau | Musique
    Renaud Legoux espère que le milieu du spectacle développe une «culture de la donnée».
    Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Renaud Legoux espère que le milieu du spectacle développe une «culture de la donnée».

    Les inquiétudes autour de la fréquentation des salles de spectacle au Québec, plus que jamais en concurrence avec de puissantes plateformes de diffusion en ligne comme Netflix, étaient au coeur des préoccupations des Rencontres de l’ADISQ, mardi. Avec à la clé des solutions impliquant une plus grande collaboration des différents intervenants du milieu pour mieux connaître les mélomanes afin de pouvoir mieux les attirer.

     

    La directrice générale de l’ADISQ, Solange Drouin, croit « qu’il faut qu’il y ait de grands changements » pour dynamiser le spectacle d’ici, malgré les récentes embellies surtout expliquées par la série de concerts de Céline Dion au Québec.

     

    Les intervenants des trois premiers ateliers de cette journée de discussion ont presque tous souligné la nécessité de mieux utiliser les données que chacun possède sur son public — comme l’âge, le code postal, le comportement d’achat et des dizaines de petites informations qu’il est possible de cumuler et de croiser —, et surtout de voir les diffuseurs et les producteurs travailler en collaboration les uns avec les autres.

     

    Éric Lefebvre, directeur du développement du Partenariat du quartier des spectacles, comparait la réalité actuelle du monde de la scène avec le travail que peut faire un joueur comme Netflix.

     

    « Ce qui fait leur force c’est leur capacité d’analyser les données, de savoir comment les gens se comportent par rapport à l’offre, explique Lefebvre. Nous, en culture, on part de très loin. On n’est pas fort autour de cette question-là. On a besoin d’énormément de données pour faire ça. Elles existent, mais elles sont éparpillées dans nos différentes organisations. »

     

    Sa solution, comme celle de plusieurs : la mutualisation. Le Quartier des spectacles a d’ailleurs mené avec l’aide de quelque 120 analystes de la firme Aimia — anciennement le Groupe Aeroplan — une expérience avec l’ensemble des joueurs de ce coin du centre-ville. Tout le monde a partagé ses données pour 48 heures, pendant lesquelles les analystes ont pu tirer quelques conclusions permettant de mieux cerner le comportement des consommateurs culturels.

     

    « Après, il va rester une notion de compétition pour amener [le public] dans “sa” salle, mais d’abord, il faut l’amener dans “les” salles », croit Lefebvre.

     

    Des ajustements

     

    Une telle approche commune va demander un effort de gouvernance, estime toutefois le professeur agrégé à HEC Montréal Renaud Legoux, qui espère que le milieu du spectacle pourra tranquillement développer une « culture de la donnée ». L’idée n’est pas de partager toutes les informations, ni de le faire pour toujours, mais plutôt de développer certaines manières de faire.

     

    « Je suis un partisan des petits pas, a dit M. Legoux. On commence par une expérience avec un diffuseur, par exemple, on regarde les meilleures pratiques, on expérimente sur un spectacle au risque modéré. »

     

    Pour Marc-André Laporte, consultant marketing et créateur de Donnetamusique.com, les deux mots à retenir sont « collaboration et stratégie ». Selon lui, dans les entreprises culturelles, « il va être [important] d’avoir quelqu’un qui comprend le numérique, qui comprend le pouvoir de Facebook » pour pouvoir cibler sa clientèle.

     

    Résistances

     

    Mais il y a encore de la résistance chez plusieurs à ouvrir ses livres numériques, en quelque sorte. Marie-Ève Carrière, qui s’occupe de la gestion quotidienne de la formation Half Moon Run, l’a vite compris dans ses contacts avec les salles de spectacle.

     

    « Quand je demandais à voir le budget de marketing [du spectacle], les gens se demandaient pourquoi. Mon objectif était de proposer des solutions. Je peux vous sortir mes statistiques Spotify pour telle région, par exemple, ou dire qu’ici on joue plus à la radio, alors on pourrait mettre de l’argent en promotion là… Mais les gens n’étaient pas habitués à rendre autant de comptes. »

     

    Pour l’agent de spectacle chez Concertium Jean-François Renaud, l’industrie est réfractaire à ces nouvelles façons de faire entre autres parce qu’elles semblent aller contre l’intuition des décideurs. « Mais les données permettent de valider certaines intuitions, de nous ramener sur terre ou de nous enflammer. »

     

    Solange Drouin de l’ADISQ a par ailleurs affirmé que le Groupe de travail sur la fréquentation des arts de la scène, dont fait partie son organisation, demandera de l’argent des gouvernements pour mener un « large sondage » afin de comprendre « ceux qui achètent, mais aussi ceux qui n’achètent pas ».

    Non au harcèlement La directrice générale de l’ADISQ, Solange Drouin, est revenue mardi sur la « vague de dénonciations relevant du harcèlement, de l’inconduite sexuelle et de l’abus de pouvoir » des derniers jours. L’ADISQ « s’engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour contribuer à un environnement de travail sain et exempt de toute forme de harcèlement ».

    L’association a annoncé qu’elle va prendre part à un regroupement formé de plusieurs associations syndicales et patronales du milieu culturel.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.