Les entrailles de la montagne, Jean-François Bélanger

Pour le deuxième de son diptyque consacré aux instruments scandinaves, le compositeur-multi-instrumentiste de génie Jean-François Bélanger livre un disque moins introspectif, plus énergique et bouillonnant. L’âme nordique au pluriel demeure, tout comme une certaine résonance ancienne et une sensibilité baroque, mais l’Orient imaginé apparaît et certaines cadences sont accentuées, plus énergiques. Accompagné d’une vingtaine de musiciens, Jean-François met en avant les instruments fétiches de ses plus récentes rêveries : le nickelharpa, l’emblématique vielle à clé suédoise, le tenorharpa qui remplace le violoncelle dans la famille des harpas et le kontrabasharpa, la basse qui confère une pulsion plus rock. Il en joue une tonne d’autres, dont les cloches tubulaires, rappelant un Mike Oldfield. Le disque est d’une grande sensibilité ; c’est à la fois doux, intime et planant, mais caverneux, profond et passionnée : superbe !

Écoutez Raukar / Drakkar

Les entrailles de la montagne

★★★★
Musique métissée

Jean-François Bélanger, Les Productions de l’Homme-Renard