Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Mort du guitariste jazz John Abercrombie

    24 août 2017 |Agence France-Presse | Musique
    John Abercrombie à Nice en 2008
    Photo: CR wikipedia JMReymond CC John Abercrombie à Nice en 2008

    New York — Le guitariste américain John Abercrombie, qui a tenté de repousser les limites du jazz avec son style raffiné et éclectique, est décédé lundi à l’âge de 72 ans des suites d’une longue maladie, a annoncé mardi sa maison de disques, ECM.

     

    Né à Port Chester, près de New York, le 16 décembre 1944, Abercrombie étudie la guitare à 14 ans, il écoute et joue alors du rock. La découverte de Miles Davis et de Dave Brubeck le fait basculer dans le jazz.

     

    Après quatre ans d’études au Berklee College of Music, à Boston, il entame sa carrière avec le combo de l’organiste Johnny « Hammond » Smith, avant d’intégrer en 1969 le groupe Dreams, avec le batteur Billy Cobham et le trompettiste Randy Brecker.

     

    En 1974, il enregistre Timeless, son premier disque avec la prestigieuse maison allemande ECM, avec deux musiciens qui l’ont longtemps accompagné, le batteur Jack DeJohnette et l’organiste Jan Hammer.

     

    Au cours de quatre décennies d’une carrière jalonnée par une cinquantaine de disques, Abercrombie, qui était également mandoliniste, a souvent teinté son jazz de folk, de rock et de world. Ses influences allaient du saxophoniste Ornette Coleman, précurseur du free jazz, au légendaire guitariste Jimi Hendrix.

     

    Maître de l’improvisation, il a joué avec des figures marquantes du jazz moderne, comme Charles Earland, Chico Hamilton, Dr. Lonnie Smith, Gil Evans, Dave Holland, John Scofield ou encore Michel Petrucciani.

     

    Up and Coming, son dernier album en tant que leader de groupe dans le John Abercrombie Quartet, est sorti en début d’année. Y jouaient à ses côtés le pianiste Marc Copland, le bassiste Drew Gress et le batteur Joey Baron.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.