Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La «blockchain» à la rescousse de l’industrie musicale

    Si elle s’avère, la révolution sera décentralisée… ou ne sera pas

    22 juillet 2017 | Philippe Renaud - Collaborateur | Musique
    « La
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir « La "blockchain" représente un changement de paradigme en matière de gouvernance des sociétés, non pas une nouvelle bébelle qui va aider les industries culturelles », dit Jean-Robert Bisaillon.

    Affaiblie par presque deux décennies de décroissance de ses revenus, l’industrie de la musique rêve à son nouveau sauveur. Qui ça ? La blockchain (ou « chaîne de blocs » en français, un terme peu utilisé ici, voire pas), une technologie pratiquement inviolable qui promet une juste rétribution des droits d’auteur et d’interprète en répertoriant toute action ou transaction associée à une oeuvre numérisée. Un jour, elle permettra même de suivre chaque sou versé, de la poche du consommateur directement à celle de l’ayant droit, sans intermédiaires. Précisément ce dont cette industrie qui répartit mal ses profits a besoin. Mais il y a quelques hics, dont celui-ci : son application, aujourd’hui, en 2017, provoquerait une catastrophe environnementale.

     

    Depuis deux ans, la blockchain est sur toutes les lèvres des acteurs de l’industrie de la musique ; la technologie faisait d’ailleurs l’objet d’un panel lors du MIDEM (Marché international de l’édition musicale) à Cannes en juin dernier. Or, si en théorie son application peut régler moult problèmes qui plombent le fonctionnement de cette industrie, en pratique, les obstacles à sa mise en application sont colossaux.

     

    « C’est clair qu’on se retrouve en face d’un gigantesque chantier », estime Jean-Robert Bisaillon, expert de l’enjeu des métadonnées musicales — enjeu qui traîne depuis 15 ans et qui devra être résolu avant d’adopter la blockchain — et président de TGiT, qui suit de près le développement de la technologie. « Régulièrement, dans les industries culturelles, apparaît un nouveau concept qui sert de parade à la rupture de ses modèles économiques », un concept promettant un monde meilleur à coups de slogans alléchants : plus grande transparence dans le fonctionnement de cette industrie, uniformité et partage des bases de données, automatisation des compensations aux ayants droit, alouette…

     

    Or, en avril dernier, le rêve d’une industrie plus efficace et transparente s’est approché un peu plus de la réalité lorsque fut dévoilée une alliance entre IBM et trois grandes sociétés de perception de droits d’auteurs — la SACEM française, l’ASCAP américaine et la PRS for Music britannique — pour explorer la piste de la blockchain. Quelques initiatives avaient déjà été concrètement menées, l’artiste Imogen Heap a par exemple commercialisé une chanson avec la blockchain, et des start-ups musicales investissent déjà le domaine, comme dotblockchainmusic.com, appuyée par la SOCAN canadienne, pour ne nommer qu’elles. Ces initiatives demeurent encore modestes ; le consortium épaulé par IBM marque une première expérience à plus grande échelle.

     

    « Nous avons choisi une voie plus pragmatique, explique Xavier Costaz, directeur de projets et de l’innovation à la SACEM. On s’est demandé ce que concrètement on pouvait faire avec la blockchain, et comment rapidement créer de la valeur grâce à elle. On a voulu tester deux choses : d’abord, expérimenter avec la technologie, simplement parce que tout le monde en parlait et qu’on ne voyait pas quoi en faire. Ensuite, investir pour vrai dans un sujet qui nous préoccupe, l’interaction entre les codes ISRC [codes internationaux pour les enregistrements musicaux] et ISWC [codes internationaux pour les oeuvres musicales] ».

     

    Pour traduire en français simple, il s’agit ici de mettre en commun et d’unifier deux bases de données pour simplifier la gestion des droits d’auteur, ce qui constituera déjà un grand pas en avant pour l’industrie.

     

    Mécanique générale

     

    La blockchain est arrivée avec la plus connue des monnaies virtuelles, le bitcoin. Essentiellement, il s’agit d’un registre, une base de données, indissociable d’un fichier — la devise bitcoin, ou encore une chanson numérisée dans le cas qui nous intéresse. « En fait, on peut adjoindre n’importe quelle information dans ce registre », note Bisaillon : ce sont ce qu’on appelle les « blocks ».

     

    Ce qui fait tant rêver dans cette technologie, c’est que « la base de données identifiant le fichier en circulation est distribuée plutôt que centralisée, explique Bisaillon. Donc, il existera plusieurs exemplaires d’un même fichier, à plusieurs endroits différents —un peu comme pour les téléchargements peer to peer [poste-à-poste] pour la musique ou les films. Seulement, pour modifier ce fichier distribué, il faut l’autorisation de tous les acteurs y ayant accès. Cela certifie que la modification qu’on lui apporte, son changement de statut, est consensuelle. » Ça, c’est la « chain ».

    Même l'inventeur du Web, Tim Berners-Lee, voit dans la “blockchain” la possibilité de libérer l'Internet, de l'ouvrir. Ce sera l'Internet 2.0.
    Geoffroi Garon-Épaule, entrepreneur, doctorant et chercheur
     

    En clair, toute transaction effectuée dans la blockchain est transparente, parce que colligée dans le registre distribué, et de facto plus sécuritaire : si quelqu’un voulait compromettre l’intégrité d’un fichier de la blockchain, il lui faudrait modifier tous les fichiers de cette base de données décentralisée en même temps, ce qui nécessiterait du temps et des ressources technologiques considérables.

     

    Selon Geoffroi Garon-Épaule, entrepreneur, doctorant et chercheur en design communautique au Laboratoire de communautique appliquée de l’UQAM, « la blockchain a trois grandes utilités : d’abord la dimension transactionnelle, qu’elle rend plus efficace. Ensuite, sur la dimension du registre, du répertoire, en permettant de stocker, de noter et de protéger de l’information. Puis, éventuellement, par l’automatisation en ligne de certaines tâches », la facturation, pour utiliser un exemple facile, grâce à ce que l’on désigne comme les « contrats intelligents » (smart contracts).

     

    « Cela permet au créateur de reprendre le contrôle sur son oeuvre, abonde le chercheur. On touche donc beaucoup aux droits d’auteur. [L’ayant droit] pourrait choisir comment est réparti l’argent, ça change le rapport de force. »

     

    Le chantier

     

    Garon-Épaule rappelle alors le mot de Jerry Cuomo, vice-président du développement blockchain chez IBM : « Tous les directeurs généraux veulent connaître la blockchain parce que c’est à la fois une opportunité et une menace à leur entreprise. »

     

    « Il y a encore beaucoup d’hypothétique, de théorie, dans la blockchain, dit Garon-Épaule. On ne parle même plus d’une technologie disruptive — comme l’arrivée de l’iPhone venant bouleverser le marché du téléphone portable —, mais bien d’un changement fondamental de la structure d’Internet » qui repose non pas sur un lien client-serveur, mais bien sur un réseau décentralisé, où le client peut aussi être un serveur. « Même l’inventeur du Web, Tim Berners-Lee, voit dans la blockchain la possibilité de libérer l’Internet, de l’ouvrir. Ce sera l’Internet 2.0 », croit Garon-Épaule.

     

    « La solution [qu’apporte la blockchain], c’est une mécanique permettant d’établir la confiance, la transparence et l’autorité sans faire appel à un tiers de confiance — c’est-à-dire une institution financière, un comptable, un notaire, une maison de disques, etc., extrapole Bisaillon. La vérité, l’authenticité, ne serait plus établie de manière centralisée, mais par un ensemble. La blockchain représente un changement de paradigme en matière de gouvernance des sociétés, non pas une nouvelle bébelle qui va aider les industries culturelles. »

     

    Mais ce n’est pas demain la veille. « L’un des problèmes de la blockchain, c’est qu’elle effectue ses actions assez lentement, à raison d’environ sept transactions à la seconde », souligne Xavier Costaz. En comparaison, une entreprise de crédit, Visa ou MasterCard par exemple, peut traiter plus de cinq mille transactions à la seconde.

     

    Un autre problème est plus terre à terre : « Pour que ce consensus distribué s’opère, ça nécessitera beaucoup de ressources, beaucoup d’ordinateurs qui travaillent, qui digèrent des algorithmes pour fixer de façon stable et irrévocable les informations relatives au créateur [d’un fichier], pour les quelque 62 millions de chansons aujourd’hui numérisées », illustre Bisaillon.

     

    Ce qui représente un besoin énergétique irréaliste, démesuré. « Nombreux sont ceux qui tripent sur l’idée de la blockchain, mais pas mal moins sur l’apport énergétique nécessaire pour faire fonctionner son infrastructure. Comme avec toute innovation liée aux technologies de l’information, on ne se rend pas compte de l’impact que ça a sur le plan écologique. »

     

    Bref, ce n’est que le début de l’ère de la blockchain. « On fait des tests, on verra l’utilité que ça aura, avance Xavier Costaz. Pour l’instant, je pense qu’il y a une possibilité que ça facilite l’échange d’informations, et du coup que ça améliore la qualité des répartitions, diminue les coûts et améliore la transparence. Mais pour moi, la blockchain ne va pas tout résoudre. Ce n’est, après tout, qu’une base de données décentralisée ; après, derrière, il y a d’autres technologies qui nous intéressent, le big data, l’intelligence artificielle. Ce n’est pas la blockchain toute seule qui va sauver notre industrie, mais la convergence de différentes technologies. »


    Rêver grand, et pas qu’en musique La technologie de la chaîne de blocs, on l’aura déduit, n’interpelle pas que l’industrie de la musique. Son application est envisagée dans une foule d’autres domaines. Le milieu de la santé, par exemple, bénéficierait de la blockchain pour la numérisation et un partage sécurisé des dossiers médicaux des patients, qui ne seraient accessible qu’aux médecins, évoque le chercheur. Le système électoral bénéficierait de la fiabilité et de la traçabilité de la blockchain pour établir un scrutin sur Internet. Le milieu bancaire (qui investit énormément dans les potentiels de la blockchain), l’économie mondiale ne perdraient plus la trace de sommes dissimulées dans des paradis fiscaux.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.