Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Vitrine musique

    Babins, Babins

    19 mai 2017 |Sylvain Cormier | Musique

    Il y a des familles de musique. La famille Kaïn, par exemple, du folk-rock de guitares, dont les 2Frères sont cousins éloignés. Il y a une planète Pierre Lapointe, une constellation Patrick Watson. Et bon nombre d’enfants de Louis-Jean Cormier (et de Karkwa) : au mieux, on a une Marie-Pierre Arthur qui, après un premier disque d’allégeance Karkwa, s’est vite modelée une identité. En moins distinct, on a Babins. Qui étaient, deux albums durant, les 8 Babins. Qu’au troisième disque on entende autant de Louis-Jean dans le ton, dans l’approche mélodique, jusque dans les mots de Hugo Paquette-Ravary (écoutez Les attrapes), est assez révélateur : le groupe n’a jamais trouvé sa manière propre. Dans les morceaux plus chanson-funk, on entend de l’Antoine Gratton (Nos coeurs font du surplace), voire du Zébulon et du Morse Code. On s’attendrait à une intégration plus aboutie des sources d’inspiration. Se distinguer, trop demander ? Jeu pro, harmonies subtiles, propos pertinent, c’est déjà pas mal.

    Babins — Les attrapes

    Babins
    ★★★
    Babins, Kay Productions












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.