Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Festival

    Les Francos extérieures du programmateur hilare

    17 mai 2017 |Sylvain Cormier | Musique
    À Koriass, Laurent Saulnier a demandé un spectacle sans invité «parce qu’il est rendu là», estime le programmateur.
    Photo: Renaud Philippe Le Devoir À Koriass, Laurent Saulnier a demandé un spectacle sans invité «parce qu’il est rendu là», estime le programmateur.

    Grand rire. Non, pas exactement un rire. Il glousse, Laurent Saulnier, il n’y a pas d’autre mot. Le programmateur en chef des FrancoFolies de Montréal vient de me dire que ce n’est pas lui qui la fait, la programmation extérieure des Francos. Ce sont les artistes, assure-t-il. Vraiment, Laurent ? Gloussement. « Des fois, quand ils sont à court d’idées, j’ai des suggestions potentielles, mais pour moi il y a un principe qui est sacré : je suis programmateur, pas artiste. Ce n’est pas moi qui vais sur la scène : c’est l’artiste. Il arrive que j’aie des demandes, mais l’artiste qui me dit oui doit assumer sa décision devant le public. » À Koriass, il a demandé un spectacle sans invité « parce qu’il est rendu là ». Mais la plupart du temps, il laisse les coudées très franches.

     

    Des exemples ? Examinons d’un peu plus près cette grille. Une bonne douzaine de prestations par jour, du 8 au 18 juin : beaucoup de beau monde. Au 5 à 7 de dévoilement, ce mardi à l’esplanade de la Place des Arts, plusieurs en auront le tournis, d’autant que le soleil plombe et que tout le monde a oublié ce qu’est un coup de chaleur. Commençons par le spectacle d’ouverture, avec Les Trois Accords, Dumas, Pierre Kwenders et la gagnante toute récente des Francouvertes, Lydia Képinski. « Moi, je voulais Les Trois Accords, c’est tout. Ce sont eux qui ont bâti le show : leur choix peut paraître surprenant à première vue, mais ça se tient. L’important, c’est que Les Trois Accords soient fiers de la soirée qu’ils ont concoctée. »

     

    Acadie rock, Desjardins doux

     

    Ainsi l’auteur-compositeur-interprète acadien Joseph Edgar a-t-il lancé l’idée d’une « soirée Acadie rock », avec les Hay Babies, Hôtesses d’Hilaire, Lisa LeBlanc, Radio Radio, Marie-Jo Thério et d’autres. « C’est sa mise en scène, sa gang : on en a juste profité pour programmer une vraie de vraie journée acadienne, avec Joey Robin Haché et Menoncle Jason, les Hay Babies, et l’Acadie Sound System pour finir, au Shag. » C’est la façon Laurent Saulnier de comprendre un festival : « Je fais confiance aux artistes, et surtout, je fais confiance au public. »

     

    Oser présenter le spectacle collectif Desjardins. On l’aime-tu ! à la place des Festivals, plutôt qu’à Wilfrid-Pelletier, témoigne de cette profession de foi : oui l’album-hommage est intimiste, plutôt guitare-voix, et puis après ? « Dire qu’un show se fait ou ne se fait pas dehors, je ne crois plus à ça. Il faut le mettre au défi, le public. Avec des affaires lourdes, des fois, mais aussi par la douceur extrême. Et là, faut avouer qu’au-delà de tout, dans ce projet, il y a le répertoire. » J’entends d’ici le silence des multitudes quand un Fred Fortin chantera Tu m’aimes-tu. Il y aura aussi, dans ce spectacle qui est au coeur de la programmation, les Safia Nolin, Bernard Adamus, Avec pas d’casque, Philippe B, les Soeurs Boulay, Koriass, Matiu, Émile Bilodeau, Saratoga, Philippe Brach, Klô Pelgag, Queen Ka, Keith Kouna. « J’ai pas de crainte. » Petits gloussements en cascade…

    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le programmateur en chef des FrancoFolies de Montréal, Laurent Saulnier, photographié ici en 2013
     

    La clôture sans fin

     

    Annoncé lundi, le spectacle de clôture — dans le cadre des célébrations du 375e de Montréal — sera littéralement la journée de clôture : à partir de 15 h, les artistes se succéderont, et ça finira fort et tard avec IAM et Les Cowboys Fringants. Ce qui nous intéresse le plus dans le déroulement : l’heure et quart dévolue à Louve, groupe ad hoc de musiciennes mené par Ariane Moffatt : « Il y aura un house band avec Ariane, Salomé Leclerc à la batterie, Marie-Pierre Arthur à la basse, Laurence Lafond-Beaulne aux claviers… et plein d’autres qui les rejoindront, de Frannie Holder à Laurence Narbonne. L’idée, c’est ne pas faire un show de chanteuses, même si ça chantera : c’est d’abord de réunir sur scène des amies musiciennes. » Grand sourire de Laurent, qui glousse par en dedans.

     

    Le groupe Tryo sans invité, les 2 Frères avec invités, Bernard Adamus sans invité, Karim Ouellet avec invités, la reprise du spectacle des 40 printemps de Paul Piché, un « bal populaire typiquement franchouillard » sur l’Esplanade avec Le Petit Orchestre Parisien, une soirée hip-hop, la programmation extérieure cherche à rallier générations et factions. « C’est toujours mon but. Moi, je pense qu’il y a une vraie clientèle jeune qui a envie de danser sur du Charles Aznavour à l’accordéon… » Même pas de gloussement : il y a de la certitude dans le ton.

     

    Laurent y tient, la « mission de base » des FrancoFolies consiste également à soutenir, le plus possible à long terme, des artistes venus de France (Fishback), de Suisse (La Gale) ou de Belgique (Caballero JeanJass). « Nous ramenons Vianney, c’est pas un hasard : il fait sa place. C’est ce qu’on espère avec la chanteuse Blondino. Tu vois, si Blondino vient, c’est parce qu’on a demandé à Safia Nolin qui elle voulait pour sa première partie au théâtre Maisonneuve, elle a dit Blondino. Ce qui nous permet de la faire jouer en plus sur une scène extérieure. C’est ça, les FrancoFolies ! » La série de gloussements a démarré sur le « lies » de FrancoFolies. Ça n’arrête plus. Un vrai poulailler. On va s’amuser dans la basse-cour.

    À Koriass, Laurent Saulnier a demandé un spectacle sans invité «parce qu’il est rendu là», estime le programmateur. Le programmateur en chef des FrancoFolies de Montréal, Laurent Saulnier, photographié ici en 2013.












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.