Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le chanteur et guitariste américain Chuck Berry est décédé

    18 mars 2017 |Christophe Vogt - Agence France-Presse | Musique
    Chuck Berry lors d'un concert à Chicago en 2011
    Photo: Timothy Hiatt / Getty Images / Agence France-Presse Chuck Berry lors d'un concert à Chicago en 2011
    Le rock and roll a perdu samedi l’un de ses pères fondateurs. Le guitariste et chanteur américain Chuck Berry, décédé à l’âge de 90 ans, pouvait s’enorgueillir d’avoir changé l’histoire de la musique.

    Charles Edward Anderson Berry Sr a été trouvé inanimé par les secouristes et son décès a été prononcé à 13 h 26 locales, a précisé la police sur son compte Facebook.

    « C’est avec tristesse que la police du comté de Saint Charles confirme la mort de Charles Edward Anderson Berry Sr., mieux connu comme le légendaire musicien Chuck Berry », écrit la police dans ce qui est sans doute le premier hommage à la légende qui vient de s’éteindre.

    La famille a demandé à ce que l’on respecte son intimité pendant le deuil. Les causes du décès n’ont pas été révélées par la police.

    Un pionnier du rock and roll

    Chuck Berry laisse une œuvre immense, de « Maybellene » à « Roll Over Beethoven » et « Johnny B. Goode », qui a influencé plusieurs générations de musiciens. 

    Auteur d’un grand nombre de classiques du rock, il a composé des dizaines de tubes des années 50, 60 et 70, parmi lesquels « Sweet Little Sixteen », « School Days » ou « My Ding a Ling ».



    Surnommé « Crazy legs » — pour son jeu de jambes sans égal —, Chuck Berry est né le 18 octobre 1926 à Saint Louis (Missouri). 

    Il apprend la guitare jazz durant son enfance, tout en accumulant les petits boulots et en flirtant avec la délinquance. 

    Devenu coiffeur, marié et père de famille, il arrondit ses fins de mois en jouant de la guitare dans des clubs, lorsqu’il est remarqué par le bluesman Muddy Waters. 

    En 1955, il enregistre sa première chanson, « Maybellene », qui devient un tube phénoménal et marque pour lui le début de dix années de succès. 

    Chuck Berry enregistre ensuite « Thirty Days », « No money down » et « Roll Over Beethoven » (1956), avant d’enchaîner les tubes: « School Days » et « Rock and Roll Music » en 1957, « Sweet Little Sixteen », « Carol » et « Johnny B. Goode » en 1958, « Little Queenie », « Memphis Tennessee » et « Back in the USA » en 1959. 

    À la fin des années 50, son succès est gigantesque, ses chansons sont partout et il parvient, avec des thèmes simples et universels exaltant les préoccupations des adolescents — la fête, le flirt, les voitures, l’école — à devenir le héros d’une jeunesse blanche fascinée par le rock. 

    Une période difficile 

    Sa carrière est ensuite freinée par une condamnation en 1961 et un séjour de deux ans en prison pour une affaire de mœurs. À sa sortie, il traverse une période difficile, tandis que ses standards commencent à être repris par des groupes européens comme les Beatles ou les Rolling Stones. 

    Chuck Berry ne renoue avec le succès qu’au début des années 70, avec « My Ding A Ling » (1972), qui le replace au sommet des palmarès. Il multiplie alors les tournées, monnayant très cher ses apparitions. 

    Défrayant à nouveau occasionnellement la chronique par ses démêlés avec la justice, le chanteur se retire ensuite peu à peu, continuant cependant à donner des concerts, de plus en plus espacés.




    Un dernier album

    Le jour de son 90e anniversaire, il avait créé la surprise en annonçant la sortie d’un nouvel album, son premier depuis près de 40 ans.

    Sobrement intitulé « Chuck », l’album a été enregistré dans des studios près de Saint-Louis et devait sortir dans le courant de cette année. 

    Si Chuck Berry est peut-être monté au ciel, son légendaire « Johnny B. Goode » l’y a précédé. C’est le seul morceau de musique rock gravé sur le disque d’or emporté par les sondes Voyager I et II avec d’autres trésors de l’Humanité dans l’espoir qu’ils puissent être décryptés par des extra-terrestres. Elles volent aujourd’hui toutes deux en-dehors du système solaire.

    Réactions au décès de Chuck Berry Pour preuve de son empreinte laissée dans l'histoire de la musique, les hommages vibrants se sont multipliés sur Twitter peu après l'annonce de son décès.

    « Je suis si triste d'apprendre la mort de Chuck Berry. Je veux le remercier pour cette musique inspirante qu'il nous a donnée. Il a éclairé notre adolescence. Il a mis de la vie dans nos rêves de devenir musiciens. Ses mots brillent au-dessus des autres. Il a projeté une étrange lumière sur le rêve américain. Chuck, tu étais merveilleux et ta musique est gravée en nous à jamais » - Mick Jagger, des Rolling Stones

    « Chuck Berry a été le plus grand praticien du rock, le guitariste et le compositeur rock 'n’ roll le plus pur qui n’a jamais vécu » — Bruce Springsteen.

    « Je suis si triste d’apprendre le décès de Chuck Berry: une grande inspiration ! Tous ceux qui aiment le Rock 'n’ Roll le manqueront. Amour et miséricorde. » — Brian Wilson, des Beach Boy.

    « Laissez-moi entendre ce bon vieux rock & roll. Quand je joue, c’est de toi dont je parle. Que Dieu bénisse Chuck Berry Chuck. » — Ringo Star, des Beatles.

    « Hail Hail Chuck Berry!!! Aucun de nous ne serait ici sans lui. Rock On mon frère! » — Lennie Kravitz.

    « Le plus grand parolier du rock and roll est décédé à 90 ans. Chuck Berry, repose en paix. » — Charlie Daniels.

    « RIP Génie! #CHUCKBERRY a quitté cette réalité » — la comédienne Roseanne Barr.

    « Chuck Berry mon idole viens de nous quitter. Grande tristesse » — Johnny Halliday.












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.