Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Festival Montréal/Nouvelles Musiques

    Revisiter la «Symphonie du millénaire», façon Stravinski

    Walter Boudreau applique la recette de «L’Oiseau de feu» à l’oeuvre collective

    18 février 2017 |Christophe Huss | Musique
    «Philosophiquement, je voulais tendre la main au grand public», dit Walter Boudreau.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir «Philosophiquement, je voulais tendre la main au grand public», dit Walter Boudreau.

    Walter Boudreau, qui s’était comparé à Fidel Castro en septembre dernier dans ces pages, sait aussi être pharaon. Le revoici donc à la barre de la reprise de la titanesque Symphonie du millénaire, moment phare de la 8e édition du festival biennal Montréal/Nouvelles musiques (MNM), qui, du 23 février au 4 mars, proposera quelques spectaculaires événements fédérés sur le thème « Retour vers le futur ».

     

    Le vertigineux projet de la Symphonie du millénaire, oeuvre collective de 19 compositeurs, avait pour sa création, en juin 2000, mobilisé un budget de 1,3 million de dollars. « Et ce ne sont pas les compositeurs qui se sont mis l’argent dans les poches ! » précise celui qui avait lancé le projet aux côtés de Denys Bouliane.

     

    « Philosophiquement, je voulais tendre la main au grand public, dit Walter Boudreau. Je suis allé chercher 18 de mes camarades pour “ faire quelque chose ”. » La Symphonie du millénaire avait occupé 333 musiciens. « J’ai un enregistrement, mais je ne peux rien en faire », se lamente le compositeur. Car, devinez combien cela coûterait, en droits, de l’éditer en disque : « 330 000 $ » !

     

    Pour la Symphonie du millénaire(prise II), Walter Boudreau a pris le taureau par les cornes. « Je vais faire comme Stravinski. Regardez L’Oiseau de feu : il y a des petits moments neutres, parce que c’est un ballet et qu’il faut remplir pour accompagner le danseur qui transporte un pot de fleur côté jardin. Alors Stravinski en a tiré une suite ,et c’est cela que les chefs dirigent. »

     

    La recette de L’Oiseau de feu sera appliquée à l’oeuvre collective : « Je vais ramener la symphonie à une oeuvre de 72 minutes pour grand orchestre, choeur mixte, orgue solo et deux personnes qui gèrent l’électronique. » Le but, à terme, est d’amener la chose à entrer dans une salle de concert. Boudreau compte toutefois « rappeler les 2000 carillonneurs. Il en reste peut-être 1000 et il en viendra 500. »

     

    Quant au succès populaire de l’année 2000, il a gagné en démesure avec la patine du temps. Alors que tous les comptes-rendus de l’époque parlent de 35 000 à 40 000 spectateurs, la symphonie dans le dernier communiqué de presse est devenue « un mégaprojet musical qui rassemblait 70 000 personnes en l’an 2000 ».

     

    Cette édition, qui s’inscrit dans le cadre de la saison de son 50e anniversaire, la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), se veut « festive avant tout », précise Walter Boudreau. « Celle que j’ai concoctée s’inspire de ce qu’on a vraiment aimé lors de ces 50 dernières années, mais aussi de ce qui se fait aujourd’hui. »

     

    « À 50 ans, on n’est pas un vieillard en marchette ! » s’exclamait Walter Boudreau, lorsque nous l’avions rencontré en prélude à la saison. « MNM, aussi, va célébrer les 50 ans. J’ai convaincu plein de gens de faire des choses. Imaginez, la musique de Serge Garant va être jouée par l’OSM ! » se réjouit Walter Boudreau.

     

    Le Festival MNM présente un défi particulier pour Walter Boudreau. « En prévision des 20 à 25 concerts que nous présentons, nous recevons 180 propositions, dont au moins 40 sont formidables. »

     

    Pour résoudre ce casse-tête, Boudreau « cherche à être le plus pertinent possible ». « Pour faire une bonne job de directeur artistique, il faut laisser de côté ses penchants personnels. Je m’entoure d’un comité artistique, car je ne peux pas être de toutes les batailles, même si je mène une guerre ! »

     

    « Lors de la dernière édition de MNM, nous avons eu 24 000 entrées. » La barre est haute, mais Water Boudreau a sorti des atouts de sa poche, outre la reprise de la Symphonie du millénaire.

     

    Autres démesures

     

    Le rendez-vous le plus ardu de MNM risque d’être le marathon de quatuors à cordes, intitulé 3 x 4 = 12. Le Quatuor Capitano, le Quatuor Bozzini et le Quatuor Molinari se succéderont le 28 février à la salle Bourgie à 17 h, 19 h et 20 h 30, présentant des quatuors de Gougeon, Lesage, Rea, Sokolović, Tremblay, Vivier et Zorn. Le New-Yorkais John Zorn sera l’unique objet d’attention du Quatuor Molinari, qui proposera quatre oeuvres composées entre 1988 et 1996.

     

    Quant au concert d’ouverture, les 23 et 24 février, avec l’Orchestre symphonique de McGill, il reprendra deux des Berliner Momente de Boudreau. L’oeuvre n’a jamais été présentée au complet. On se délecte encore de l’anecdote racontée par le compositeur aux chaussures rouges en septembre dernier : « Il y a quelques années, je suis allé voir Kent Nagano pour qu’il me prête l’OSM pour faire mes Berliner Momente, c’est juste s’il n’a pas appelé les pompiers pour m’arroser ! »

     

    L’oeuvre d’une heure et quarante minutes, « très accessible pour le grand public, mais d’unecomplexité à s’arracher les cheveux sur la tête », selon son auteur qu’elle occupe depuis 20 ans, sera peut-être créée en 2019. Mercredi et jeudi, Boudreau en dirigera les deux premiers des cinq volets, lors d’un concert où Alexis Hauser a également programmé le Concerto pour orchestre de Bartók.

     

    Parmi les événements de MNM 2017, il faut aussi mentionner, le 3 mars à 21 h dans la 5e salle de la Place des Arts, la présentation avec film de L’histoire du soldat de Stravinski, à l’occasion du 100e anniversaire de la création de l’oeuvre.

     

    Plus de 20 concerts, un laboratoire électroacoustique, des conférences, un colloque, un « salon des nouvelles musiques » et des activités jeunesse nourriront ces dix journées et soirées.

    Symphonie du millénaire (Prise II)
    Le dimanche 26 février, à 15 h 33, à la basilique de l’oratoire Saint-Joseph du mont Royal. Montréal/Nouvelles Musiques, du 23 février au 4 mars 2017.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.