Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    La musique s’est arrêtée pour Andréanne Sasseville

    L’ambassadrice de SiriusXM qui aura mis en lumière de nombreux musiciens émergents, a succombé lundi à un cancer

    11 janvier 2017 |Philippe Papineau | Musique
    L’animatrice Andréanne Sasseville s’est éteinte après un long combat contre le cancer.
    Photo: SiriusXM Franco L’animatrice Andréanne Sasseville s’est éteinte après un long combat contre le cancer.

    « Madame Sirius » n’est plus, fauchée par le cancer. Le monde musical québécois a versé une larme mardi matin en apprenant le décès d’une de ses meilleures communicatrices, l’animatrice et ambassadrice des chaînes francophones de SiriusXM, Andréanne Sasseville.

     

    Sasseville, qui avait obtenu une ovation debout lors du dernier gala de l’ADISQ, a joué un rôle important pour de nombreux artistes émergents, entre autres grâce aux entrevues qu’elle a menées avec des dizaines de créateurs et qui étaient diffusées depuis plusieurs années à la télévision et au cinéma.

     

    Elle se battait depuis mai 2014 contre un cancer du sein, qui s’est au fil des années également attaqué à son foie, ses poumons et ses os. Elle s’est éteinte lundi. Malgré sa santé fragile, elle avait poursuivi son travail le plus qu’elle le pouvait, et donnait sporadiquement des nouvelles sur Facebook au sujet de son état de santé avec une attitude positive qui la définissait bien.

     

    L’animatrice, qui était officiellement directrice du développement du contenu canadien et des relations avec l’industrie chez le diffuseur de radio satellite Sirius XM, a même publié de façon posthume un statut sur les réseaux sociaux, dans lequel elle compare son départ à un vol en avion « ouvert et sans retour ».

     

    « Le cancer s’est emparé de mon corps. Il ne s’emparera jamais de ma vie, y écrit-elle. Cette vie que j’aimais tant. Qui m’a fait suer par moments et qui m’a aussi tout donné. J’espère lui avoir fait honneur : avec passion, idéalisme, conviction et rébellion. Je continue de souhaiter que vous traciez votre route selon vos désirs, vos valeurs, votre coeur ! Profitez de tout. La nanoseconde est plus importante que le “ big picture ”. Avec amour, toujours ! »

     

    Montréal-Toronto

     

    Depuis 11 ans, Andréanne Sasseville, bilingue, était le visage public de Sirius XM au Québec et au Canada. De par son mandat accordé par le CRTC, l’entreprise a l’obligation de réinvestir 5 % de ses revenus pour développer le contenu canadien. Plusieurs événements et festivals ont bénéficié de cet argent au fil des années, dont le concours Les Francouvertes.

     

    Sa directrice générale, Sylvie Courtemanche, a bien connu Sasseville. « Quand ç’a commencé, les gens à Toronto, ils ne savaient pas c’était quoi Les Francouvertes, le Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue, Coup de coeur francophone, Petite-Vallée, tous ces événements francophones du Québec que Sirius a financés. C’est passé par quelqu’un sur le terrain qui avait une passion, et qui pouvait débarquer à Toronto et leur dire d’embarquer. Ses employeurs lui faisaient énormément confiance, je pense. »

     

    Plus qu’une simple porte-parole d’une entreprise privée, elle avait développé une approche plus près de celle du service public. « Elle a mis de l’avant des projets comme les capsules Sirius, elle était toujours allumée et intéressée à ce qui allait peut-être mettre plus en lumière les artistes émergents et les artistes francophones », raconte Sylvie Courtemanche.

     

    Chez Sirius XM, les mines étaient basses mardi matin. « Elle était une partie intégrante de notre organisation, elle a été la première employée engagée à Sirius Canada », a raconté au Devoir Kayla J. Schwartz, responsable de la publicité, de la promotion et de la commandite.

     

    Pour le vice-président principal à la programmation et aux opérations, John Lewis, « particulièrement dans l’industrie francophone, Andréanne était en contact étroit avec tant de personnes, elle a fait un travail incroyable avec les artistes, en particulier avec les vidéos. C’est dur de trouver quelqu’un avec qui les artistes sont si à l’aise de parler. Elle avait une façon d’être qui le permettait ».

     

    Une façon d’être qui parfois révélait une passionnée avec du mordant. « On peut dire qu’elle était fougueuse, rigole Mme Schwartz. Elle était fonceuse, si elle croyait en quelque chose, elle ne reculait pas. »

     

    En début de carrière, Andréanne Sasseville a aussi travaillé aux relations publiques de la Police de Montréal et brièvement à Musique Plus.

     

    Réactions

     

    Plusieurs artistes ont réagi à son départ. L’auteur-compositeur-interprète Philippe Brach, qui avait mené une rare entrevue avec l’animatrice en août dernier, a souligné mardi son acharnement, sa dévotion, sa résilience et sa joie de vivre. « Partout où tu passais, tu illuminais la place avec une lumière que je garderai encore longtemps. Merci de m’avoir démontré que faire à sa tête reste la meilleure façon d’avancer. »

     

    Louis-Jean Cormier a écrit sur Twitter : « Andréanne, tu nous auras livré une sacrée bataille. Et t’auras fait briller notre musique jusqu’au bout. » Le duo Milk Bone a également commenté : « Il y a de ces gens qui croient en vous avant même que vous y croyiez. Bon voyage grande Andréanne Sasseville. » Déjà lundi soir, le rappeur Samian publiait une photo d’elle avec la mention « À mes yeux, tu resteras toujours un ange. »

     

    La jeune femme aimait aussi les animaux, et était une fan de sport. Elle avait d’ailleurs mené en 2015 une longue entrevue avec P.K. Subban. Et malgré son menu gabarit, elle avait elle-même chaussé les patins dans une ligue amateur de hockey rassemblant des membres de la scène culturelle et musicale de Montréal, avec l’équipe du défunt service radio-canadien Bande à part. Dans le sport, dans le travail ou contre la maladie, elle se sera battue fièrement, passionnément.

    L’animatrice Andréanne Sasseville s’est éteinte après un long combat contre le cancer. Andréanne Sasseville avait reçu un diagnostic de cancer il y a plus de deux ans et demi.












    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.