Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Montréal en lumière

    Fièvre gospel: de l’église à la chapelle

    Vivienne Deane, les Imani Gospel Singers et le Montreal Gospel Choir en évidence

    20 février 2016 | Yves Bernard - Collaborateur | Musique
    Marcia Bailey et Vivienne Deane dirigent des ensembles gospel.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Marcia Bailey et Vivienne Deane dirigent des ensembles gospel.
    Musique
    La série « Fièvre gospel » à la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
    Vivienne Deane Gospel Ensemble, samedi 20 février à 20 h Imani Gospel Singers, vendredi 26 février à 20 h Montreal Gospel Singers, samedi 27 février à 20 h et 22 h 30 Renseignements : 514 282-8670, www.marguerite-bourgeoys.com/gospel

    Jusqu’au 27 février, la série Fièvre gospel se poursuit à la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, la « chapelle des marins ». Pour apprécier, nul besoin d’être religieux : les montées d’énergies collectives et les harmonies en puissance suffisent pour remuer les âmes. Trois femmes inspirées devraient y parvenir avec leur groupe : Vivienne Deane et son ensemble gospel, Marcia Bailey avec les Imani Gospel Singers, puis Carol Bernard, qui dirige aussi le JIREH Gospel Choir, entourée ici des 85membres du Montreal Gospel Choir. Un point commun entre les trois artistes : elles furent, tout comme Trevor W. Payne, chefs de choeur à l’Union United Church (UUC).

     

    C’est la plus ancienne église noire de Montréal et le lieu de rassemblement historique des Afro-américains qui arrivaient ici par le réseau de l’Underground Railroad. On y pratique le gospel depuis longtemps et plusieurs chorales y furent mises sur pied, tels le UUC Gospel Choir, le Men’s Gospel Choir, le Youth Choir et Women’s for Mother’s Day. De cet endroit de légende sont aussi issus le Montreal Jubilation Choir et les Imani Gospel Singers, entre autres. Du côté du jazz, Oscar Peterson et Oliver Jones furent aussi partie prenante de cette grande histoire.

     

    Multiplication des chorales

     

    « La situation a changé un peu, mais si je t’avais parlé il y a 15 ans, j’aurais dit que la majorité des directeurs de chorales ont commencé le gospel à la UUC », raconte Carol Bernard jointe au téléphone. Ce que confirment Marcia Bailey et Vivienne Deane en entrevue à la chapelle du Vieux-Montréal. « Je dirais que la UUC est au centre du gospel anglo-montréalais. Le pendant franco se développe au sein de la communauté haïtienne », précise Vivienne Deane. Et que penser du gospel aujourd’hui ? Le genre traverse-t-il une bonne période ? « Oui, répond Marcia Bailey. Les chorales sont un peu plus connues. Il y a quelques années, il n’y avait que le Jubilation qui était connu, mais depuis longtemps, plusieurs autres chorales existent. » Et qu’en est-il du nombre de chorales gospel à Montréal ? « Je dirais que de cinq à dix chorales sont plus visibles au public », dit Vivienne Deane. Mais il y a les autres, celles qui sont confinées aux activités de leur église et de leur communauté. « À cause de cela, il est difficile d’évaluer le nombre exact de chorales », ajoute Marcia Bailey.

     

    Le festival gospel de Repentigny et le Mondial choral de Laval ont contribué à les faire connaître. Et le genre rayonne depuis 13 ans à la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours. Line Richer, responsable des concerts, raconte : « Au début, l’intention était d’avoir des chants spirituels dans la chapelle. Ça s’appelait Chaleur Gospel et ce n’était pas aussi élaboré. » L’événement a par la suite pris le nom de « Rendez-vous gospel » avant de devenir « Fièvre gospel » en 2014. Plusieurs ensembles, comme Sandra Étienne et associés, Voxapella, Diversion, Vocal Forever, Praise Workship Crew et l’ensemble vocal Épiphanie y sont passés.

     

    Pouvons-nous affirmer que les ensembles de gospel les plus en vue à Montréal ne font pas que du gospel ? « Oui, répond Marcia Bailey. Par exemple, avec les Imani Gospel Singers, on fait du traditionnel, du spirituel et du contemporain. Le gospel n’est pas confiné à un genre. Le gospel peut sonner comme du r&b, du jazz, de la salsa, du blues, de la musique classique, des negro-spirituals. Le gospel est à propos du message et non d’un genre particulier. » Vivienne Deane ajoute : « Le mot “ gospel ” signifie good news. »

     

    Trois formules sont donc proposées pour répandre la « bonne nouvelle » : Vivienne Deane en sextuor, les Imani Gospel Singers, dont la formation varie entre 14 et 20membres, et le grand choeur du Montreal Gospel Choir. Alléluia !

    Montreal Gospel Choir

    La série « Fièvre gospel » à la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
    Vivienne Deane Gospel Ensemble, samedi 20 février à 20h. Imani Gospel Singers, vendredi 26 février à 20h. Montreal Gospel Singers, samedi 27 février à 20h et 22h30. Renseignements : 514 282-8670, www.marguerite-bourgeoys.com/gospel












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.