Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Carnaval des îles

    La famille élargie

    5 février 2016 | Yves Bernard - Collaborateur | Musique
    Plusieurs musiciens jouent dans plus d’un des groupes qui seront ensemble sur scène pour le Carnaval des îles.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Plusieurs musiciens jouent dans plus d’un des groupes qui seront ensemble sur scène pour le Carnaval des îles.

    Ce sera la rencontre de trois groupes montréalais : Bombolessé, Ali-X et Iguana Caravel. En tout, treize musiciens, qui ressemblent à une famille élargie, se relayeront sans interruption pour offrir un carnaval dans l’esprit de ceux du Brésil, mais avec des répertoires qui abordent plusieurs îles, et même au-delà. En plus, Dj Canicule Tropicale puisera dans les répertoires des années 1950 aux années 1980, alors que Laura López offrira une initiation à la zumba. La fiesta fera transpirer ce vendredi à la Vitrola : jusqu’à 3 h du matin.

     

    « On avait depuis longtemps l’idée d’avoir un band à la Belle et Bum qui fait passer plusieurs musiciens les uns après les autres », explique Alix Noël, auteur-compositeur et multi-instrumentiste qui fait partie des trois groupes présents au Carnaval des îles. « En plus, Aquiles Melo est batteur dans Bombolessé et Iguana Caravel, Andrew Bruhacs joue la basse avec Iguana et Ali-X, alors que le guitariste André Galamba fait maintenant partie d’Ali-X et de Bombolessé. Ça fait un triangle exact. En plus, on trouve une tromboniste dans Bombolessé, une trompette dans Ali-X et un saxophone chez Iguana. »

     

    Les ingrédients sont donc réunis pour une rencontre naturelle, mais à la manière brésilienne, telle que racontée par Julien Álvarez Thomet, le leader de Bombolessé : « Là-bas, ça joue de 22 h jusqu’à presque 10 h du matin. Mais un être humain qui joue douze heures en ligne, c’est impossible. On se connaît tous et on peut faire comme au Brésil, où les musiques n’arrêtent pas. Le batteur va jouer sur son hi-hat “kat kat kat”, pendant que l’autre arrive. »

     

    Alix Noël en rajoute : « On retient quelques chansons de l’un, quelques-unes de l’autre. Ce ne sera pas un set complet, mais des fusions. On prend un reggae d’un groupe, puis ça se transforme avec le reggae du suivant. “Tu as un kuduro angolais, moi j’ai un axe brésilien, on peut les enchaîner”. » On mélangera plusieurs genres, de la samba reggae au konpa, à la salsa et aussi aux rythmes du Cap-Vert.

     

    « Notre répertoire est teinté par le Cap-Vert, l’Angola, le fado et la musique manouche », explique Marco Wencelius, guitariste adepte du genre de Django dans Iguana Caravel. « Le groupe a commencé par une rencontre entre Nestor Valdez au chant et Alix Noël au piano. » Dans le groupe Ali-X, Alix résume ses influences : « Au départ, je voulais que ce soit un band qui ne s’attache à aucune racine véritable », dit-il. « C’est une musique que j’appelle apatride ou nomade, mais qui passe par différents endroits comme Haïti, le Brésil, New York et Montréal. Notre EP s’appelle Solitudes. C’est l’isolement dans lequel on vit un peu ici. »

     

    Reste Bombolessé avec sa musique tropicale urbaine et brésilianisée. Le groupe « fait danser les penseurs et penser les danseurs ». Mais pour l’occasion du carnaval de la famille élargie, on suera d’abord et on pensera ensuite.

    Le carnaval des îles
    Avec Ali-X, Bombolessé et Iguana Caravel + DJ Canicule tropicale et l’école de Zumba du Centre Muzifit, à la Vitrola, vendredi 5 février à 21 h.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.