Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Jazz

    Corea est froid ainsi que cher

    23 janvier 2016 | Serge Truffaut - Collaborateur | Musique
    Chick Corea demeure un virtuose, mais de tendance conservatrice.
    Photo: Luis Robayo Agence France-Presse Chick Corea demeure un virtuose, mais de tendance conservatrice.

    Dans son avant-dernier numéro, le magazine Down Beat dévoilait les résultats de son référendum annuel. De ces derniers, on a retenu celui-ci : Chick Corea a obtenu la palme du meilleur album de l’année, réalisé en compagnie de Christian McBride à la contrebasse et de Brian Blade à la batterie. Le titre ? Trilogy, publié par Concord Jazz, en association avec Strecht Records. Ayant constaté qu’on était passé à côté du sujet, on a décliné dix actes de contrition en grec ancien, et non latin. Après…

     

    Après quoi, nous avons fait l’acquisition de ce triple album offert en magasin, c’est à noter, et non par le biais de ces livraisons postales auxquelles nous sommes de plus en plus fréquemment condamnés si on estime que le son numérique est la transformation acoustique de la poudre de perlimpinpin. C’est dit. Le coût ? Rétrospectivement, on l’a trouvé beaucoup trop élevé : 34 $ taxes comprises. On s’explique.

     

    Là où Corea fut aventurier, et donc enclin à la confection de surprises, avec ses complices Roy Haynes à la batterie et Miroslav Vitous à la contrebasse lors de la réalisation en 1981 du magistral Trio Music sur ECM, il campe aujourd’hui sur son quant-à-soi. Plus exactement, il demeure un virtuose, mais tendance conservatrice. Là où il fut enjoué et maître des rebondissements harmoniques, il est aujourd’hui prudent.

     

    Cela tient peut-être au programme choisi avec ses amis McBride et Blade. Celui-ci est fait essentiellement de standards et de deux pièces signées Thelonious Monk, le tout accompagné de quelques-unes de ses anciennes compositions. Alors que lors de Trio Music, place nette avait été faite pour l’improvisation sur un album et Monk, juste Monk, pour le deuxième.

     

    Soyons clair, ce Trilogy est le résultat des menus travaux enregistrés ici et là dans le monde à la faveur d’une tournée en 2012 et 2013 par de grands professionnels. C’est bien produit, mais bon… On reste sur notre faim. La plus marquée qui soit, car à 34 $…

     

    À la suite du décès de David Bowie, un animateur de la station jazz par excellence, soit WBGO du New Jersey, s’est entretenu pendant une douzaine de minutes avec deux des musiciens de jazz que Bowie avait choisis pour mener à bien sa dernière aventure discographique. Les musiciens en question s’appellent Donny McCaslin, saxophoniste, et Jason Lindner, claviériste. On peut l’entendre en cliquant sur « Listen 88.3 » puis sur « More Episodes ».

     

    Les animateurs et critiques des stations de radio liées au réseau NPR, lui-même lié à la chaîne télé PBS, ont élu Bird Calls, enregistré par le saxophoniste alto Rudresh Mahanthappa, meilleur album de l’année 2015. Les autres lauréats sont : Maria Schneider, Cécile McLorin, Liberty Ellman et Amir ElSaffar.

     

    L’excellent site All About Jazz propose un dossier passionnant sur le grand ténor Wardell Gray à la suite de la diffusion d’un documentaire dont il est évidemment le sujet. Un docu mené comme une enquête policière, les circonstances de sa mort, en 1955, demeurant mystérieuses. On avait retrouvé le corps de ce contemporain et ami de Dexter Gordon dans le désert du Nevada.

     

    À la rubrique de l’album libéré du temps, on inscrit ceci : Wardell Gray — Une anthologie 1946-1953, paru dans la collection Jazz Masters Cabu conçue par le regretté caricaturiste Cabu. Ainsi on peut également évoquer l’incroyable gaffe signée par les « hautes » autorités de la République : inviter Johnny Halliday lors de la commémoration de l’attentat à Charlie Hebdo. Pff… Cabu et Charb détestaient Halliday et ne manquaient pas une occasion de le souligner à la une de l’hebdomadaire.

     

    La vidéo de la semaine. Le show du trompettiste Christian Scott dans le cadre de ceci : The Checkout Live From Berklee College of Music. Ce musicien a du nerf. Ce musicien prend des risques non calculés. On aime ça. Il va rester, ce Christian Scott.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.