Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    De Shanghai à Shawi

    Le groupe Les Tireux d’Roches tourne entre la démesure chinoise et les petites salles québécoises

    12 décembre 2015 | Yves Bernard - Collaborateur | Musique
    En Chine, les Tireux d’Roches se produisent devant des publics de 1000 à 7000 personnes.
    Photo: Crila En Chine, les Tireux d’Roches se produisent devant des publics de 1000 à 7000 personnes.

    Leur trad sans violon, les Tireux d’Roches le trempent dans le swing, la chanson et le conte. Mais sur la route, ils s’adaptent aux contextes les plus diversifiés. Ils rentrent de Chine, immense pays où ils ont livré leur parcelle de la culture québécoise une quinzaine de fois depuis un an et demi. Puis, pour le temps des Fêtes, ils font la tournée de plusieurs petites salles au Québec dans un environnement beaucoup plus intime.

     

    « Parler de la Chine ? Je ne sais pas par quoi commencer tellement c’est déboussolant d’aller là, lance Denis Massé, le chanteur principal et conteur des Tireux. La Chine, c’est grandiose et démesuré. On a une agente là-bas, elle nous développe un réseau, on roule à deux cents kilomètres autour de Shanghai, mais on a l’impression de ne jamais sortir de la ville. Un jour, on nous dit “Vous allez jouer dans une petite ville sur le bord d’un lac.” Mais il y avait dix millions d’habitants dans cette petite ville sur le bord du lac. »

     

    Le groupe de Saint-Élie n’est pas relié au réseau des consulats et l’initiative de percer le géant asiatique est la leur. Ils sont d’abord allés à Pékin pour une vitrine de l’industrie de la musique chinoise, et depuis, ils ont offert une quinzaine de concerts, dont celui du Shanghai International Art Festival. « C’est en plein Pudong [surnommé « Le Manhattan de Shanghai »]. Il y a vingt ans, c’était une terre agricole et aujourd’hui c’est le plus gros centre-ville au monde avec les buildings parmi les plus hauts au monde. Au pied de ça, il y a un petit parc et une scène. Pendant le spectacle, ils éclairent les buildings, c’est juste trop », rigole Denis.

     

    Des « rock stars »

     

    En Chine, les Tireux se produisent devant des publics de 1000 à 7000 personnes et au dire du chanteur, ils sont parfois accueillis comme des rock stars, surtout quand le flûtiste-saxophoniste Luc Murphy parvient à exprimer quelques phrases en mandarin. Chaque fois qu’il le fait, le groupe a droit à une ovation debout. Lors de leur plus récente tournée chinoise, les Tireux ont participé à plusieurs événements extérieurs. Denis explique : « C’est un peu comme si les villes font des programmations dans les parcs. Comme à Zingzao, c’est un petit festival de musiques du monde. Tu prends une petite ruelle où les chars ne peuvent pas passer, tu tournes à gauche, tu prends en photo la petite pancarte pour ne pas te perdre, tu vois une grosse porte en bois, tu entres par là et dans la cour, il y a le festival. »

     

    Au mois de décembre. Les Tireux sont de retour pour une tournée québécoise. Ils se produiront surtout dans de petites salles, comme le Boquébiere de Sherbrooke, et d’autres qu’ils connaissent un peu mieux. Denis raconte : « Le magasin général Lebrun est dans le fond d’un rang dans Maskinongé. C’est un vrai magasin général, pis dans le grenier, ils ont fait une salle de spectacle. C’est incroyable, ça contient cent personnes et c’est toujours plein. Les gens qui vont là ont au moins une demi-heure de char à faire. C’est à une heure et dix de Trois-Rivières et de Joliette. C’est méritoire. » Il y a aussi la Chasse-Galerie de Lavaltrie. « Ça, c’est vraiment une belle petite salle, placée en cabaret avec une belle scène et des beaux éclairages. On est choyé, c’est notre réseau de salles au Québec. Nous autres, des salles de mille personnes, on ne remplit pas ça. Pis du bar, ça nous tente pas de faire ça. Heureusement que ce réseau existe pour plusieurs artistes. » Reste le Trou du Diable de Shawinigan : « Ils ont fait une salle de spectacle dans la shop où ils font la bière. On joue à côté des cuves et c’est très sympathique », conclut Denis, bien loin des gratte-ciel de Pudong…


    Oh Mémé - On sera pas jeune toujours des Tireux d'Roches













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.