Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Musique contemporaine

    Le long chemin

    28 septembre 2015 |Christophe Huss | Musique
    Lorraine Vaillancourt
    Photo: Bernard Préfontaine Lorraine Vaillancourt

    Vendredi 25 septembre marquait le lancement de la série Hommage à John Rea, une initiative de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ). Il s’agit là de la cinquième série hommage, c’est-à-dire d’un gros plan sur un compositeur qui rythme, de manière biennale, les propositions de concerts des ensembles contemporains.

     

    S’agissant du Torontois John Rea, 71 ans, bien connu et très impliqué dans la vie musicale québécoise, 40 concerts et 70 activités rythmeront la saison. Le lancement de cet hommage comprenait le vernissage d’une exposition John Rea — musique vue, une table ronde avec le compositeur, un concert gratuit de la SMCQ intitulé L’homme papillon et, in fine, un concert du Nouvel Ensemble Moderne rien de moins qu’à la Maison symphonique de Montréal.

     

    J’espère que le NEM a eu un bon prix sur la location de la salle, car l’assistance remplissait à peine un demi-parterre (et encore…). La désaffection du public fait partie des observations récurrentes lorsqu’on parle de musiques de création. Mais lorsque personne, ou presque, ne vient lorsque est présenté Éclat/Multiples, une pièce de quarante ans d’existence, composée par Pierre Boulez, l’autorité suprême en la matière, honoré tous azimuts par une multitude de prix et par une cohorte d’affidés, on se dit que le chemin va être sacrément long, si tant est qu’il mène quelque part.

     

    Si je vous disais « j’ai kiffé grave sur Accident de Rea, tant et si bien que j’en reprendrais demain au déjeuner », vous ne me croiriez pas, et vous auriez raison. Le sous-titre Tombeau de Grisey (hommage donc au pape de la musique spectrale) me laissait espérer quelque chose de très subtil, d’explorateur dans la coloration instrumentale. Je n’ai rien entendu de tel. Il y a bien plus de raffinements dans Éclat/Multiples, qui superpose des natures d’émissions sonores dans un canevas aux infinies cassures rythmiques. Lorraine Vaillancourt a été plus sensible à ces accidents-là qu’aux couleurs. Dans l’enregistrement Columbia de Boulez lui-même, on s’aperçoit de l’importance du cymbalum, difficilement perceptible vendredi.

     

    Quant à Rea, il a été à son summum, comme souvent, dans sa science de la réduction des grandes oeuvres de L’École de Vienne. Que l’on puisse tirer autant des Pièces opus 6 de Schoenberg avec 28 instrumentistes, seulement, tient quasiment du miracle.

    Éclat/Multiples
    John Rea : Accident (Tombeau de Grisey), 2004. Pierre Boulez : Éclat/Multiples (1966-1970). Berg : Trois Pièces opus 6. Nouvel Ensemble Moderne, Lorraine Vaillancourt. Maison symphonique de Montréal, vendredi 25 septembre.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.