Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Vitrine du disque

    Symphonies op. 2. Thirteen Strings Chamber Orchestra d’Ottawa, Kevin Mallon.

    17 juillet 2015 |Christophe Huss | Musique

    Gouvy nous faisant aborder le thème des symphonistes méconnus, attardons-nous sur Franz Ignaz Beck (1734-1809), contemporain de Joseph Haydn. À l’inverse de Gouvy, Beck fut un Allemand à la carrière française (Marseille, Bordeaux…). Sa musique ne nous est pas inconnue puisque documentée par La Stagione Frankfurt (CPO). Cela dit, La Stagione avait défendu les Symphonies op. 3 et 4, proches de celles de la période médiane de Haydn. Avec l’Opus 2, nous sommes en 1760 à Mannheim, dans une esthétique tenant davantage de Johann Stamitz (maître de Beck) et Carl Philipp Emanuel Bach. Il s’agit donc des ferments très agréables du musicien plus substantiel que Beck deviendra ensuite (il a 25 ans lorsqu’il compose ces six oeuvres en trois mouvements). Nous sommes heureux de voir chez Naxos un très bon ensemble d’Ottawa avec un chef dosant intelligemment le continuo de clavecin. Dommage : I Musici aurait bien fait l’affaire aussi !

    Beck
    Symphonies op. 2. Thirteen Strings Chamber Orchestra d’Ottawa, Kevin Mallon. Naxos 8.573323.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.