Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Toutes les couleurs

    7 juillet 2014 | Yves Bernard - Collaborateur | Musique
    Tigran Hamasyan et Brad Mehldau ont partagé la scène pour un spectacle acoustique.
    Photo: Denis Alix FIJM Tigran Hamasyan et Brad Mehldau ont partagé la scène pour un spectacle acoustique.
    Tout sur le Festival international de jazz

    Entre les lumières du carnaval et les ombres des tripes, du plus ancien à la 2.0, le FIJM en a fait entendre de toutes les couleurs. Voici quelques séquences privilégiées.

     

    Le moment du théâtre d’ombres : Tigran Hamasyan qui livre son plus récent disque. Derrière l’écran : un monde de délicatesse, des chants arméniens et des petits bruits étranges. En avant : les sons durs, le hard jazz rock, l’électro-métal et la mélodie discontinue. Une féérie de contrastes.

     

    Le moment de la chanteuse qui triture ses pièces : Buika. La voix enfumée et le cri voilé dans son large spectre émotionnel, elle mordait dans ses mots, les ornementait, en cassait la forme. La gitana negra libre, entière et fragile, se créait un registre de l’instant.

     

    Le moment des lampes en têtes de marionnettes sur la scène : Alejandra Ribera. La voix profonde dans le clair-obscur comme dans la passion, elle a confectionné le décor de son théâtre chanson tamisé ou tragique, minimal et qui ouvre au monde. Et quelle voix !

     

    Le moment du bal des identités : Boogat. Un tromboniste, deux percussionnistes et un vocaliste, tout simplement. Minimal comme une salsa dégarnie, mais hard comme une samba intense, jubilatoire comme la cumbia et révolutionnaire dans le rap tropical engagé.

     

    Le moment du public qui devient orchestre : Melbourne Ska Orchestra. Le chef dirige la musique avec des sections pour son big band de ska enflammé et d’autres pour la foule qui fait des percussions vocales. « The best things in life are free », chante le groupe. Que oui !

     

    Le moment des cris de joie sur le chant triste : Shantel Bucovina Club Orkestar. Dans ce déchaînement balkanique à la fanfare dans le sound system, au fond funk et au cri punk, les climats étaient tellement variés que les gens réagissaient parfois en retard. C’était drôle.

     

    Le moment de saluer Angélique Kidjo, Burning Spear, Ester Rada, Face-T, Gianmaria Testa, Harry Manx David Lindley, Mamselle Ruiz, Mokoomba, Rafael et Sly Robbie.

    Tigran Hamasyan et Brad Mehldau ont partagé la scène pour un spectacle acoustique. La passionnée Alejandra Ribera












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.