Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Musique contemporaine - La consécration de Serge Arcuri?

    24 août 2013 |Christophe Huss | Musique
    À la SMCQ, l’année sera consacrée à Denis Gougeon.
    Photo: Conservatoire d’art dramatique et de musique du Québec À la SMCQ, l’année sera consacrée à Denis Gougeon.

    La date la plus attendue, la plus espérée, dans le domaine de la création musicale, sera le 20 novembre. L’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) créera alors, sous la direction de Jacques Lacombe, une oeuvre pour violon et orchestre de Serge Arcuri.

     

    En recevant de plein fouet, en 2011, le choc du disque Migrations, d’oeuvres de Serge Arcuri, nous écrivions : « Serge Arcuri possède ce qui fait l’essence d’un grand compositeur : un langage et un monde. En cela, il a l’étoffe de devenir notre Einojhuhani Rautavaara ou notre Peteris Vasks, en plus écorché. » C’est tout cet espoir que portera le compositeur, pour cette commande - enfin ! - de l’OSM défendue par Andrew Wan et Jacques Lacombe.

     

    Le 3 novembre, à la salle Pollack, on s’intéressera à la création canadienne de Laterna magica de Kajia Saariaho, programmation d’autant plus judicieuse que c’est à la compositrice finlandaise que Kent Nagano a commandé une oeuvre pour orgue et orchestre pour l’inauguration, en mai 2014, de l’orgue de la Maison symphonique de Montréal. La chose a d’ailleurs fait grand bruit dans le landerneau, puisque l’emblématique Concerto pour orgue de notre grand compositeur Jacques Hétu ne fera ainsi pas partie des premières oeuvres jouées sur le Casavant opus 3900 de la salle montréalaise.

     

    Un orchestre revigoré

     

    L’OSM est très actif dans sa politique de commandes, cette saison avec une oeuvre de Christos Hatzis, The Isle Is Full of Noises, inspirée de Shakespeare, le 15 octobre. Scott Good, Simon Bertrand et Jeffrey Ryan ont, eux, été sollicités pour trois miniatures (concerts les 30 et 31 octobre et le 1er novembre). Entre les deux, on ne manquera évidemment pas le retour de Kent Nagano à ses premières amours : Frank Zappa, dont il a programmé Bogus Pomp.

     

    C’est la Place des Arts qui a commandé à Nicolas Gilbert Le coeur battant de la ville, oeuvre orchestrale créée, toujours par l’OSM, le 21 septembre.

     

    Au Métropolitain, le compositeur en résidence, l’éclectique et exubérant Éric Champagne, a travaillé pour la série Airs de jeunesse. Le jeune blondinet et son tigre philosophique sera entendu pour la première fois le 27 novembre.

     

    En octobre, à l’Orchestre symphonique de Québec, Fabien Gabel a choisi avec beaucoup de discernement de souligner le travail de Yannick Plamondon et dirigera une révision de Février (1998, rev. 2013) au Palais Montcalm. Huit jours plus tard, au Grand Théâtre, Jacques Lacombe ravivera la flamme d’Esquisse de François Morel.

     

    À la SMCQ, l’année sera consacrée à Denis Gougeon, une programmation dont les détails ne sont pas encore connus. Le 30 novembre, l’Orchestre de l’Université de Montréal (OUM) jouera À l’aventure du compositeur québécois. La programmation des concerts des 5 octobre et 30 novembre de l’OUM est riche : transcription de Berio de la Sonate opus 120 no 1 de Brahms, Due de Bernard Foccroulle, lequel se verra remettre un doctorat honorifique de l’UdeM, Dai calanchi di Sabbiuno de Fabio Vacchi et Ouverture de Lucrèce de Sean Clarke, lauréat du concours de compo 2012 de l’OUM.

     

    L’Université McGill programme un gros temps fort, le 27 septembre, dans le cadre des Journées de la culture : un hommage somptueux à Luciano Berio avec l’intégrale (!) des Sequenzas. Le concert débutera à 18 h 30.

     

    Le Quatuor Molinari, qui se rendra en Chine en novembre, proposera le 20 septembre au Conservatoire de musique de Montréal un duo, un trio, un quatuor et un quintette de la grande Sofia Goubaïdoulina, programme qui sera ensuite enregistré par Atma. Le 18 octobre, les Molinari fêteront les compositeurs québécois avec des oeuvres de John Rea, d’Otto Joachim, de François Morel et une création d’Analia Llugdar. Le Quatuor Bozzini s’intéressera, lui, entre le 23 et le 25 octobre, à l’alliance musique et vidéo sur des oeuvres de Taylor Brook. L’ECM + nous demande de « surveiller » son premier concert de la saison, le 24 septembre, avec l’Ensemble Paramirabo, des oeuvres de Michel Gonneville, de Scott Rubin, de Patrick St-Denis, de Julien Robert et de Riho Maimets.

     

    À noter qu’au moment de mettre sous presse, les activités du NEM de la SMCQ et du Vivier n’avaient pas encore été rendues publiques.

    À la SMCQ, l’année sera consacrée à Denis Gougeon. Le Quatuor Molinari proposera des pièces de Sofia Goubaïdoulina.












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.