Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Festival international de jazz de Montréal - La corne d’abondance musicale

    Le guitariste français Nicolas Repac a offert une courte prestation mardi, lors du dévoilement de la programmation en salle du 34e FIJM. Repac présentera le 3 juillet son projet The Black Box, où il utilise et alimente en direct ses machines pour retourner aux sources du blues.
    Photo: François Pesant - Le Devoir Le guitariste français Nicolas Repac a offert une courte prestation mardi, lors du dévoilement de la programmation en salle du 34e FIJM. Repac présentera le 3 juillet son projet The Black Box, où il utilise et alimente en direct ses machines pour retourner aux sources du blues.
    Le 34e FIJM aura lieu du 28 juin au 7 juillet
    Il y en aura comme toujours pour tous les goûts. De tous les genres. Dans toutes les déclinaisons possibles. Pour sa 34e édition, le Festival international de jazz de Montréal (FIJM) mise une fois de plus sur une abondante diversité - seule véritable ligne directrice de la programmation en salle dévoilée mardi.

    À cet égard, le titre du communiqué de presse annonçant le programme de la mouture 2013 résume bien ce qui ne se résume pas vraiment autrement : « une myriade de super musiciens de tous horizons », promet-on. Dont acte. L’éclectisme domine le plan de match.


    Au final, la multiplication stylistique de l’offre en salle laisse au jazz environ 50 % de l’espace, l’autre moitié étant nourrie de rock, de blues, de soul, de R B, de world, etc. Coup d’oeil sur quelques éléments intéressants d’une édition dédiée au regretté pianiste Dave Brubeck.


    1. Une Invitation alléchante. Pas toujours relevée ces dernières années, la série Invitation s’annonce cette fois particulièrement intéressante. Le légendaire - et toujours absolument pertinent - saxophoniste Charles Lloyd s’occupera des trois premières soirées, tandis que le pianiste Vijay Iyer (peut-être le musicien jazz le plus célébré depuis trois-quatre ans, véritable innovateur) mènera le deuxième volet. Chacun se produira avec trois formations différentes.


    2. Retour à la Maison. Pour sa deuxième année de collaboration avec le FIJM, la Maison symphonique accueillera deux spectacles qui annoncent de belles choses. D’abord, le retour du trompettiste Wynton Marsalis et de son Jazz at Lincoln Center Orchestra, le 28 juin. Puis, le lendemain, le quartet du saxophoniste Joshua Redman (figure majeure du jazz depuis 20 ans), accompagné d’un orchestre à cordes de 18 musiciens. Au programme : les pièces d’un album à paraître en mai.


    3. Upstairs. La programmation jazz du club Upstairs avait été largement saluée l’an dernier. On répète (presque) le coup en 2013, avec la présence notamment du guitariste Gilad Hekselman (avec le batteur de Brad Mehldau, Jeff Ballard), du pianiste Barry Harris (en trio), du guitariste Nir Filder (trois soirs, avec le Bebop Band et un quartet comprenant Aaron Parks et Mark Guiliana) et du pianiste Bill Charlap (en solo). À noter que la série présentée à la Cinquième salle de la PdA sera pour sa part toute dédiée au piano (majoritairement solo).


    4. Bon jazz au soir. Les séries Jazz Beat et Jazz dans la nuit sont souvent les plus intéressantes pour les amateurs de notes bleues. Le saxophoniste Ravi Coltrane (fils de, et surtout, auteur de l’excellent album Spirit Fiction) y sera avec son quartet, de même que le pianiste Jason Moran - qui fait partie du groupe de tête des pianistes les plus influents de la « nouvelle » génération, avec Iyer, Mehldau, Robert Glasper -, les saxophonistes Courtney Pine (de retour après 22 ans), Tim Berne (qui présentera l’acclamé album Snakeoil) et David Murray, les guitaristes Kurt Rosenwinkel et John Abercrombie, et le puissant trio Bad Plus. Notamment.


    5. De la pop pas mal fichue. C’est connu : le FIJM aime la pop. L’offre 2013 est en ce sens large, avec des choix qui étonnent (Garou ou Aretha Franklin - dont le dernier passage avait été difficile) et d’autres qui attirent. On savait déjà que Feist donnera le concert d’ouverture en extérieur, on ajoute le retour des mythiques Écossais Belle Sebastian, Lyle Lovette et Chris Isaak, Champion avec I Musici…


    6. Des chanteurs, des chanteuses… Côté vocal, on note le retour de l’excellent Gregory Porter, qui passe de L’Astral au Club Soda. Chez les femmes, Holly Cole sera sur la scène du TNM, Emilie-Claire Barlow et Madelein Peyroux au Théâtre Maisonneuve et la Coréenne Youn Sun Nah à L’Astral (son album Lento vient de paraître). Les Canadiennes Sienna Dahlen et Elizabeth Shepherd (qui ont toutes deux de solides disques à défendre sur scène) seront quant à elles au Savoy.


    7. Le Québec à L’Astral. La présence québécoise est essentiellement concentrée dans la série Jazz d’ici, présentée à 18 h à L’Astral. Au programme : le trompettiste Jacques Kuba Séguin, les saxophonistes André Leroux, Joel Miller et Yannick Rieu, leur collègue Christine Jensen, le duo composé de Michel Donato et Pierre Tanguay, les pianistes Julie Lamontagne et Marianne Trudel… On présentera aussi le projet Muse Hill, qui regroupe des musiciens jazz et indie folk de Montréal.

    ***

    Le trio de Vihay Iyer, qui se produira à Montréal en juillet:

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel