Disque - H’Sao, Oria

Oria, en avez-vous marre ? C’est la grande question que lance H’Sao tout au long de ce troisième album, qui est son plus engagé. Dès la première pièce, on donne le ton : « C’est au nom de l’intérêt général que nous sommes surveillés, suspectés, amendés, endettés, enfermés, enregistrés, licenciés, rapatriés, recensés, catégorisés », chante-t-on en faisant monter le soul, et avec une guitare qui devient assez hard. Les voix sont magnifiques, en français et en anglais comme en arabe, en sara et kabalaye. C’est le gospel laïque avec ses mordantes harmonies vocales, ses percussions buccales hachurées et ses timbres parfois passés dans la machine. Car plus que jamais, H’Sao crée un excitant mélange avec les musiques urbaines, en développant une façon unique de faire fondre le reggae dans le funk et le soul ou l’inverse, souvent sur des rythmes du Tchad. Le disque est en magasin le 19 février, et le groupe offre le concert de lancement au National le 22 février.