Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    L’Opéra de Québec sacré roi du classique aux prix Opus

    28 janvier 2013 |Christophe Huss | Musique
    C’est à la salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal qu’ont été décernés hier les prix Opus, à l’initiative du Conseil québécois de la musique. Il s’agissait de la 16e édition de cette manifestation, qui a récompensé hier 27 lauréats.

    Honneur au maître des lieux, puisque la Fondation Arte Musica, a été justement honorée pour la saison inaugurale de la Salle Bourgie et même pour son concert inaugural, ce qui est bien plus surprenant.


    Le grand vainqueur de ce millésime a été l’Opéra de Québec : The Tempest de Thomas Adès est concert de l’année à Québec, le Festival d’opéra de Québec est événement musical de l’année et Grégoire Legendre, directeur artistique lauréat.


    Au chapitre du meilleur concert de musique contemporaine, The Tempest se fait cependant coiffer par le concert de l’année de Montréal, Louise Bessette : 30 ans de carrière, de la SMCQ. Pourtant, malgré ses deux trophées, Louise Bessette est elle-même devancée par la pianiste Lorraine Desmarais au titre d’interprète de l’année, même si cette dernière ne remporte aucune autre catégorie, concert ou disque…


    Le titre de découverte de l’année à Stéphane Tétreault vient un peu tard - mieux vaut tard que jamais - et le prix Opus du rayonnement à l’étranger pour Les Violons du Roy et Bernard Labadie se justifie amplement, d’autant qu’on ne peut pas le donner chaque année à Yannick Nézet-Séguin ! Mais ce dernier est récompensé pour son disque de la 4e Symphonie de Bruckner.


    Parmi les autres lauréats, on citera Marc-André Hamelin pour un concert à Trois-Rivières, Philippe Sly pour son récital à la Société d’art vocal, Akousma 8, Tim Brady pour sa 3e Symphonie, les Voix humaines pour un disque Lawes, le NEM pour un disque ATMA, et Robert Normandeau en musique électroacoustique. Simon Bertrand est le compositeur de l’année. Un prix hommage a par ailleurs été décerné à François Morel.













    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.