Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les dix meilleurs disques québécois de 2012 - Année Lisa LeBlanc, année faste

    19 décembre 2012 | Sylvain Cormier | Musique
    Lisa LeBlanc
    Photo : Pedro Ruiz Le Devoir Lisa LeBlanc
    Tous nos palmarès musique sont rassemblés ici.
    Une année riche, riche. Tellement riche qu’il y a plus de pauvres que jamais. Disons ça autrement: l’offre, d’extraordinaire qualité, en quantité phénoménale, a débordé, submergé, englouti la demande, de sorte qu’à la fin, des tas de disques formidables se noient dans un liquide couleur sang: le rouge. Pensez qu’il n’y a pas le dernier Yann Perreau dans la liste ci-dessous, ni l’Ingrid St-Pierre, ni le Dumas, pas plus que le délicieux Shapes of Animals du groupe The Fadeout, et même pas Adventures in Your Own Backyard de Patrick Watson. Sans compter les inclassables. Le Chercher noise de Domlebo, par exemple: album sans album, miracle de débrouillardise au service d’un projet sans le sou. Et Résurrection !, compile à gogo de «rock chrétien et messes rythmées», le grand œuvre patrimonial de l’année ! Tout ça pour vous dire: la dizaine que voilà, c’est pas du n’importe quoi.

    1. Lisa LeBlanc, Lisa LeBlanc. Tout dit d’elle ? Je ne fais que commencer, et Lisa aussi. « Je remarquerai pus les cabines de téléphone su’l’bord d’la rue / Quand j’aurai d’autres fils avec la réalité / Que les grandes lignes d’Hydro qui me suivent partout », chante-t-elle. D’autres fils, l’Acadienne en a tissé toute une courtepointe, d’un bout à l’autre du pays francophone, et on s’enroule dedans et on a plus chaud qu’avant. Mon meilleur disque d’ici depuis le premier Colocs.
    Lisa LeBlanc - Cerveau ramolli (mp3)

    2. Marie-Pierre Arthur, Aux alentours. Dans les trente secondes, on savait. Le riff de guitare qui marche comme une fille décidée. La mélodie familière illico. La voix dans nos faces. De Fil de soie à Si tu savais à All Right à Pour une fois, les quatre premières chansons ne donnent pas le choix et les suivantes pas tellement non plus. L’album de l’affirmation.
    Marie-Pierre Arthur - All Right (mp3)


    3. Luc de Larochellière et Andrea Lindsay, C’est d’l’amour ou c’est comme. Tendance naturelle à l’ironie chez Luc, goût tout aussi naturel pour la douce mélancolie chez Andrea : comment ces deux-là en sont-ils arrivés à ce terrain si naturellement commun, cette sorte de chanson tellement effervescente et pétillante qu’elle fait pop ? Ça doit être l’amour.
    Luc de Larochellière et Andrea Lindsay - C'est d'l'amour ou c'est comme (mp3)

    4. Louis-Jean Cormier, Le treizième étage. Fort de la force de Miron et de ses frères rapaillés, nourri de complicités neuves, vibrant d’indignation comme un citoyen en marche et perméable comme un jeune papa, le chanteur-guitariste de Karkwa a proposé un premier disque en solo fait avec d’autres. Le treizième étage, ou l’espoir envers et contre tout.
    Louis-Jean Cormier - Transistors(mp3)

    5. Avec pas d’casque, Astronomie. Ça vaut la peine de le rappeler : Stéphane Lafleur a eu le Félix de l’« auteur ou compositeur de l’année ». Pour des phrases comme celle-là : « J’ai la patience d’une file d’attente ». Et des musiques tendres, insistantes et lancinantes qui se rendent toutes à destination. Un disque inexorable.
    Avec pas d'casque - Talent (mp3)

    6. Ariane Moffatt, MA. Des chansons en anglais, en français, de l’électro très électro, de l’électro très pop, de la musique de danse qui s’écoute et de la musique d’ambiance qui se danse : Ariane n’a pas été aussi radicalement elle-même depuis Aquanaute. Quitte à n’entrer dans aucune catégorie. Tant pis. Tant mieux.

    Ariane Moffatt - All Yours (mp3)

    7. Claire Pelletier, Soleil ardent. La belle, belle voix de Claire Pelletier n’a jamais eu autant de place pour resplendir et bien pénétrer, à la fois confortablement lovée et libre de mouvement dans l’épure d’arrangements de piano et autres « textures et manipulations sonores » de son compagnon Pierre Duchesne. Bon pour des siècles et des siècles.
    Claire Pelletier - Cruelle départie (mp3)

    8. Moran, Sans abri. L’album réussi que l’on attendait de Moran. Dont tout le monde savait Moran capable. Sauf Moran. Puissante poésie, chansons abouties, mais aussi un emballage qui le dit. Oui, ça se peut : belle pochette, beau gars, bon disque.

    Moran - Sans-abri (mp3)

    9. Catherine Durand, Les murs blancs du Nord. Psychédélique et folk, à la fois doux et mouvementé (ah ! les guitares de Joss Tellier !), cet album inspiré par l’Islande est une île : pas toujours facile d’accès, mais à l’intérieur, il y a des refrains en geysers et des séquences instrumentales qui traversent de bord en bord.

    Catherine Durand - Point de départ (mp3)

    10. Coyote Bill, Coyote Bill. Mille riffs de guitare au fil du rasoir d’Olivier Bélisle, qui hachent menu les syncopes démentielles de Benjamin Vigneault. Autour d’eux, des instrumentistes fous, dont Charles Papasoff. Autour d’eux, des caméos fous de Gilles Vigneault, Leloup, Fred Fortin, Marcel Sabourin. Groove de tous les instants et funk fou. Braque.
    Coyote Bill - Les Martiens (mp3)
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel