Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le Met au cinéma - La tempête perd une dimension

    12 novembre 2012 | Christophe Huss | Musique
    Il faut saluer le courage du Metropolitan Opera, qui n’hésite pas à programmer un opéra contemporain lors de chaque saison de diffusions au cinéma. Cette année, il s’agissait d’une production d’un grand intérêt pour les spectateurs au Québec : La tempête de Thomas Adès, mise en scène par Robert Lepage et Ex Machina.

    Le Devoir s’est déjà prononcé très favorablement sur ce spectacle lorsqu’il fut présenté, en grande première, au Festival d’opéra de Québec. La transposition au cinéma, sous l’oeil du metteur en images attitré du Met, Gary Halvorson, peut être qualifiée de décente, mais pas transcendante. En résumé, ce ne fut pas le massacre de La damnationde Faust, mais pas non plus la documentation sobrement réussie du Ringdes Nibelungen, les précédentes mises en scène de Lepage au Met.


    Le cinéma enlève une dimension au spectacle théâtral de Lepage : la magie, le brio, le relief, la texture. La tempête de Lepage se déguste souvent en plans larges, notamment le dernier acte. Or les caméras new-yorkaises aiment cerner l’action de plus près et ne font guère preuve de patience dans le découpage. L’autre problème posé par le travail de Lepage fut sonore, dans la captation de sources vocales assez étalées, y compris en hauteur.


    Un public fasciné


    Le Met a donc documenté La tempête, mais le cinéma ne l’a pas éclairée. Par contre, nous renouvellerons notre admiration globale, surtout dans la réussite du défi de faire accepter par un large public un opéra contemporain. Même les non-initiés sont restés rivés à l’écran, fascinés par le spectacle.


    Musicalement, la retransmission du Met nous a prouvé que la distribution de Québec ne déméritait pas du tout. Cela dit, Simon Keenlyside est le Prospero idéal dans cet opéra et le couple formé par Isabel Leonard (Miranda) et Alek Shrader (Ferdinand) était physiquement et vocalement irrésistible, Alan Oke campant un Caliban plus philosophe que bouffe.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel