Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Une exposition sur l’impact des femmes dans le rock est présentée à Washington

    7 septembre 2012 |Associated Press | Musique
    La chanson country de Loretta Lynn The Pill a été jugée si controversée en 1975 que sa maison de disques a retardé sa sortie.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Kevin Goldy La chanson country de Loretta Lynn The Pill a été jugée si controversée en 1975 que sa maison de disques a retardé sa sortie.

    Washington – La célèbre robe de viande de Lady Gaga se trouve maintenant dans la capitale américaine, tout comme la chanson de Loretta Lynn sur la pilule anticonceptionnelle et d’autres articles ayant marqué l’histoire de la musique.


    Le temple de la renommée du rock’n’roll, à Cleveland, lance la tournée américaine d’une exposition sur les artistes féminines et leur impact sur la musique. L’exposition s’ouvre vendredi au National Museum of Women in the Arts, à Washington.


    Plus de 250 objets représentent 70 femmes qui ont été des « moteurs de changement et de créativité », selon la conservatrice de l’exposition, Meredith Rutledge-Borger.


    On y retrouve des articles ayant appartenu à Cher, aux B-52s, à Donna Summer, Stevie Nicks, Cyndi Lauper et Madonna, entre autres.


    La chanson country de Loretta Lynn The Pill (la pilule) a été jugée si controversée en 1975 que sa maison de disques a retardé sa sortie de trois ans.


    La robe de viande de Lady Gaga - aujourd’hui séchée, préservée et repeinte - est exposée pour son contexte politique. Lorsque la chanteuse l’a portée, aux MTV Video Music Awards en 2010, elle était accompagnée de soldats américains afin de protester contre l’interdiction des homosexuels de déclarer publiquement leur homosexualité dans l’armée américaine. Elle avait expliqué que si les gens ne défendent pas leurs droits, « nous aurons bientôt autant de droits que la viande sur nos os, et je ne suis pas une pièce de viande ».


    L’exposition Women Who Rock sera présentée à Washington jusqu’au 6 janvier, avant de se rendre à Omaha dans le Nebraska, puis à Seattle et à Phoenix.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel