Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Musique classique - Tanglewood: 75 ans en 75 enregistrements

    22 juin 2012 12h46 |Christophe Huss | Musique
    L’étonnante salle du festival de Tanglewood
    Photo: Steve Rosenthal L’étonnante salle du festival de Tanglewood
    Du 20 juin au 2 septembre : un ajout quotidien en flux continu puis en téléchargement.
    Festival 2012 du 14 juillet au 24 août
    L’Orchestre symphonique de Boston tient ses concerts estivaux à Tanglewood. Cette mecque musicale en Amérique du Nord fête ses 75 ans. Pour marquer cet anniversaire, l’orchestre met en ligne et rend disponibles en téléchargement 75 documents sonores de l’histoire du festival depuis 1937 : une manne inestimable.

    L’opération, célébrant le 75e anniversaire de Tanglewood par la résurrection d’archives, se déroule en deux temps. Chaque jour, du mercredi 20 juin au dimanche 2 septembre, un document tiré d’un concert d’archives sera diffusé en streaming. Dès le lendemain, il sera disponible en téléchargement.
     
    Le document de ce samedi est la 1re Symphonie de John Harbison, dirigée par le compositeur le 19 juillet 1984. Demain, ce sera une soirée avec Danny Kaye de 1961 et lundi, Introductions & Goodbyes de Lukas Foss en 2009. Pas de quoi fouetter un chat, me direz-vous… Peut-être pour nos goûts dans les trois prochains jours, mais, durant l’été, la moisson sera abondante et alléchante.
     
    Une fois passées les 24 heures de streaming gratuit (début de chaque « journée » à 8 h (heure de l’Est), les documents seront accessibles en téléchargement payant. L’accès se fera par les sites www.bso.org et www.tanglewood.org. Le client pourra créer un compte et y acheter la musique voulue. Le prix devrait être fonction de la durée, puisque l’opération juxtapose tant le 1er Concerto de Mendelssohn par Serkin et Ozawa, diffusé hier, que l’intégralité d’Otello en 1969 sous la direction d’Erich Leinsdorf, qui a ouvert le bal mercredi.
     
    Diversification

    L’Orchestre symphonique de Boston se garde bien de répondre à nos questions sur les prévisions et espérances de ventes en matière de nombre de téléchargements. On sait — et des leaders du métier tels que Klaus Heymann, le patron de Naxos, l’ont avoué — que le classique en téléchargement tarde un peu à se développer.
     
    On peut supposer que, de la part des clients, il y a une peur de perte de qualité des enregistrements récents. Mais dans le cas des archives de concerts, qu’en sera-t-il ?
    L’opération et son retentissement seront observés de près. Si les orchestres sont en quête de diversification des revenus, les syndicats de musiciens, pour leur part, sont confrontés à la question des modèles de partage des revenus.
     
    C’est ce bras de fer qui s’entame ici entre Radio-Canada et la Guilde des musiciens. Le modèle ancien, où les musiciens et orchestres se faisaient (grassement) payer au moment de l’enregistrement, à charge ensuite pour l’« enregistreur » de récupérer sa mise, a vécu. On l’a vu lors de la grève de l’OSM en 2005. Les rigides clauses d’enregistrement de la Fédération américaine des musiciens avaient d’ailleurs valu dès la fin des années 1990 aux cinq meilleurs orchestres américains la perte de leurs contrats d’enregistrement.
     
    La présente opération médiatique s’inscrit pleinement dans le cadre de l’assouplissement des règles et conditions financières liées à l’enregistrement et à la diffusion sur supports phonographiques ou autres plateformes.
     
    Sélection

    Le répertoire des 75 archives se veut large et inclut les créateurs contemporains. On comprend du communiqué de l’orchestre que les chefs, solistes et ayants droit ont généreusement et, surtout, gracieusement permis la promotion de leur art dans le cadre de ce projet. Les documents rendus publics comportent le son, mais aussi des photos, des notes de programme, etc.
     
    La semaine qui vient est plus affriolante, déjà, que cette fin de semaine. Mercredi, ce sera Béatrice et Bénédict de Berlioz dirigé par Ozawa en 1984 ; jeudi, la 3e Symphonie de Roussel par Haitink en 2006 ; vendredi, le 3e Concerto de Rachmaninov par Leinsdorf et Van Cliburn en 1966 et samedi, la Sinfonia de Berio par lui-même.
     
    De ce que nous avons entendu, tant sur des documents assez anciens, comme le 
    1er Concerto de Brahms par Fleischer et Munch, ou récents, comme une 8e Symphonie de Dvorák dynamitée par James Levine, les reports sont excellents.
     
    Il est impossible de présenter tout et on ne peut qu’espérer que la liste complète sera accessible sur le site de Tanglewood ou du BSO au moment où vous lirez ces lignes. Il faut cependant bien préciser qu’il s’agit ici d’archives de concerts inédites, et non d’enregistrements déjà connus et diffusés.
     
    Dans les statistiques des documents téléchargés par les journalistes, il est amusant de voir que l’arrangement de Duke Ellington du Peer Gynt de Grieg par Seiji Ozawa, Winton Marsalis et le Lincoln Center Jazz Orchestra (diffusion le 19 juillet) supplante largement le 1er acte de La Walkyrie par… Charles Munch (!) en 1959, que l’on pourra entendre la veille. Les amateurs de Charles Munch, eux, ne manqueront pas non plus, le 1er août, un concert de La damnation de Faust de Berlioz en 1960.
     
    Pour le reste, nous aurons peut-être l’occasion çà et là de vous rappeler l’existence d’une diffusion marquante. Voici, par ordre chronologique quelques autres moments attendus :
     
    9 juillet : Turangalîla-Symphonie de Messiaen avec Seiji Ozawa et les sœurs Loriod.
    10 juillet : 8e Symphonie de Dvorák par James Levine en 2008 (entendu et approuvé par Le Devoir !).
     
    14 juillet : Fidelio de Beethoven sous la direction d’Erich Leinsdorf.
     
    26 juillet : Concerto pour orchestre de Bartók par Pierre Monteux en 1956.
     
    2 août : 8e Symphonie de Mahler et Amériques de Varèse par James Levine (2005).
     
    4 août : 9e Symphonie de Beethoven par Koussevitsky en 1938.
     
    8 août : La flûte enchantée de Mozart avec Beverly Sills en Pamina et Erich Leinsdorf à la baguette.
     
    15 août : Gurrelieder de Schoenberg par James Levine en 2006.
     
    1er septembre : Symphonie fantastique de Berlioz avec Colin Davis.
     
    Les documents devraient être offerts en téléchargement de manière permanente, mais mieux vaut parfois ne pas trop tarder. Le service des communications de l’orchestre nous dit en effet qu’« une poignée d’enregistrements ne seront accessibles que cet été », tout en précisant que… « les précisions viendront ».
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel