Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Loco Locass - Les métronomes de l’espoir

    16 juin 2012 |Philippe Papineau | Musique
    Le public avait hâte d’entendre les mots de Loco Locass dont les syllabes claquent et dont le sens fait s’activer les neurones.
    Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Le public avait hâte d’entendre les mots de Loco Locass dont les syllabes claquent et dont le sens fait s’activer les neurones.
    «Toi, moi, nous, oui. » Oui, eux, nous et peut-être vous, étaient rassemblés hier soir sur la place des Festivals dans le cadre des FrancoFolies. Il en aura fallu du temps au trio rap Loco Locass pour qu’il revienne nous marteler du nouveau matériel à espoir. Plus de sept ans depuis leur dernier disque, Amour oral, leurs nouvelles pièces arrivaient comme un peu d’air frais dans un Québec qui a le coeur noué.

    Clairement, après cette longue attente, le public avait hâte d’entendre des mots dont les syllabes claquent et dont le sens fait s’activer les neurones. Déjà, avant même le spectacle, la foule tapait sur des casseroles et scandait des slogans, du genre « Charest dehors, on va te trouver une job dans l’nord ».


    Les fans de Biz, Batlam et Chafiik ont explosé aux premières notes de [wi], la première pièce de leur plus récent disque Le Québec est mort, vive le Québec ! À coups de « nous sommes le peuple et Charest est nu » et d’« on est plus que cinquante », Loco Locass jetait de l’huile sur le feu au grand plaisir des spectateurs, qui les ont remerciés tout au long de la soirée à coups sur les casseroles en guise d’applaudissement.


    Les trois Loco Locass étaient un peu nerveux en début de concert, nervosité qui s’est rapidement transformée en émotion. Fallait voir la fierté dans les yeux de Biz sur le grand écran pour s’en convaincre. Les trois étaient vêtus d’une chienne de travail rouge à l’effigie du groupe d’étudiants L’École de la montagne rouge, à qui l’on doit plusieurs slogans et affiches du mouvement étudiant. Ces derniers ont d’ailleurs créé en direct des affiches et des t-shirts, distribués ensuite dans la foule.


    Après les dynamiques La bataille des murailles et La trahison des marchands (qui ne profitaient pas d’une sono parfaite), Loco Locass a peut-être levé le pied un peu rapidement avec Kevin et Gaétan, un titre plus sombre sur le jeu compulsif. Mais les trois rappeurs ont vite refait monter les rythmes cardiaques avec Tous les jours, Le mémoire de Loco Locass et la vieille Maison et Idéal, alors qu’ils brandissaient un grand drapeau fleurdelisé épinglé d’un carré rouge.


    Avec un doublé social Secondaire/M’accrocher ? fait sur mesure pour les adolescents, le groupe a entremêlé presque tous les titres restants de son dernier disque avec de vieux hits, comme Bonzaïon. « C’est l’avantage de jouer dehors, on peut faire de la fumée sans déranger personne ! », a lancé Biz.


     

    Titre après titre, le groupe a martelé comme un métronome son appui aux étudiants et à ceux qui sont mécontents du climat politique actuel. «Allons-nous mourir en nains quand nous sommes des géants?», ont-ils demandé dans Les Géants, faite avant le rappel. 

     

    C'est après de nouveaux coups de casseroles insistants que le groupe est remonté sur scène. Chafiik a galvanisé la foule avec un monologue où il a multiplié les slogans entendus dans les rues de Montréal et d'ailleurs dans la province. «C'est pas une loi spéciale qui va nous faire plier», «Crions plus fort pour que personne ne nous ignore», par exemple, avant de faire chanter la foule en choeur: «la loi spéciale / on s'en câlisse», pendant que sur scène les musiciens de Loco Locass prenaient le contrôle en transformant ce dernier slogan en un rock rétro que n'aurait pas renié Offenbach. 

     

    Et en grande finale, le trio a fait monter sur scène nuls autres que Gabriel Nadeau-Dubois et Jeanne Reynolds de la CLASSE, Martine Desjardins de la FEUQ et Léo Bureau-Blouin et Éliane Laberge, de la FECQ. Il restait encore au menu une certaine chanson entendue à satiété lors des manifestations, l'ineffable Libérez-nous des libéraux. Mais avant de la lancer, Batlam a fait s'asseoir toute la place des Festivals le temps d'une minute de silence. «C'est la fin d'un paradigme, aujourd'hui le Québec est mort...» Un silence formidable s'est abattu sur la foule pendant de longues secondes. «...Vive le Québec!» Et là les haut-parleurs ont fait rugir leur hymne, habilement et étonnamment mixée avec Smell Like Teen Spirit, de Nirvana. 

     

    Après l'exultation de la foule, Biz a lancé «On peut-tu s'entendre que c'est la dernière fois qu'on la joue celle-là?» Un dernier coup de marteau sur le clou d'une soirée où le rouge n'était vraisemblablement pas celui du parti au pouvoir.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel