Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Caracol lance Blanc mercredi - Des jours plus lumineux

    21 octobre 2011 |Philippe Papineau | Musique
    Sur Blanc mercredi, Caracol a davantage mis l’accent sur les voix, que l’on entend dans plusieurs rôles, et en plusieurs épaisseurs.<br />
    Photo: François Pesant - Le Devoir Sur Blanc mercredi, Caracol a davantage mis l’accent sur les voix, que l’on entend dans plusieurs rôles, et en plusieurs épaisseurs.
    Caracol ne roucoule quand même pas, mais elle file doux, elle file joyeuse, elle file lumineuse. Après un premier disque solo aux mots sombres malgré des musiques trompeuses, l'ancienne du duo Dobacaracol a ouvert ses fenêtres et fait entrer le vent frais pour aérer ses démons.

    C'était quand même évident sur L'arbre aux parfums, que la chanteuse a fait paraître en 2008. Dès le premier titre, ça faisait mal. «L'amour est un tricheur / Marche sur mon honneur / s'infiltre sublime / Puis fissure mes os». Voici qu'est arrivé en magasin son deuxième disque, Blanc mercredi, et le ton a changé. Avec des phrases comme «J'ai soif, et ta bouche est comme l'eau» ou «Serait-ce possible qu'en ce blanc mercredi / La chance me sourit?».

    Alors, elle sourit, la chance? En tout cas, l'amour est revenu dans la vie et les chansons pop de Caracol, elle qui a par ailleurs eu un enfant avec son copain

    Sébastien Blais-Montpetit, aussi le réalisateur du disque. «Mes disques sont deux facettes de moi, dans une période plus sombre et dans une plus lumineuse, raconte celle qui gratte la guitare et le ukulélé. Je suis contente de ne pas me répéter. Un de mes buts, c'est d'évoluer et de me réinventer, alors j'étais contente de voir que les chansons sortaient différemment cette fois-ci. Et je voulais amplifier ça, je trouvais ça l'fun de tirer un trait.»

    Ce nouveau disque est né pendant les trois dernières années, à travers les tournées et les voyages de Caracol, de son vrai nom Carole Facal. Plusieurs nouvelles chansons s'étaient ajoutées au fil des mois dans son spectacle, et Blanc mercredi est essentiellement fait de ses plus récentes compositions. «À travers tout ça, je me suis sentie très inspirée, et j'ai écrit beaucoup même si je n'avais pas de temps! Je ne sais pas comment j'ai fait, c'est un peu mystique. Et l'hiver dernier, je me suis posée dans une atmosphère plus relax, j'ai trié ces chansons-là pour faire cet album-là.»

    Plus de voix, moins de complications


    Sur Blanc mercredi, Caracol a davantage mis l'accent sur les voix, que l'on entend dans plusieurs rôles, et en plusieurs épaisseurs. «Dans mes démos, je chante presque toutes les parties instrumentales, les lignes de basse par exemple. Donc, ça fait des maquettes axées sur le vocal, et tout le monde a trouvé qu'il y avait une belle naïveté là-dedans que l'on devait conserver.»

    La touche musicale de Blanc mercredi est basée sur des arrangements plus simples, mais aux sonorités plus étoffées. «Sur L'arbre aux parfums, il y avait plus d'arrangements de cordes, plus de toutes sortes d'affaires. Là, j'ai demandé à tous les musiciens de "sous-jouer", d'une certaine façon, confie Caracol. Je ne voulais pas de virtuosité sur l'album, il n'y a pas de solos techniquement compliqués. Je voulais garder une simplicité et une naïveté qui fait que l'émotion ne se noie pas à travers une production trop complexe.»

    Caracol - Certitudes


     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel