Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    401 petits et grands chefs-d'oeuvre de la chanson et de la musique québécoises - De Mer Morte à Dégénérations, la belle liste de Richard Baillargeon

    22 janvier 2010 |Sylvain Cormier | Musique
    Cadeau de début d'année: un chouette petit livre de l'ami Tournesol avec un titre long comme le bras: 401 petits et grands chefs-d'oeuvre de la chanson et de la musique québécoises. Cher Tournesol! C'est l'impériale en pointe sous la lèvre inférieure qui lui a valu le surnom il y a longtemps, et c'est resté. Ça lui va bien: c'est un savant fou de la chanson, Richard Baillargeon.

    Maître du yéyé, auteur de fanzines mythiques et introuvables, infatigable rédacteur en chef et édimestre de l'excellent site Québec Info musique (www.qim.com), il est depuis toujours le missionnaire d'une idée: à savoir que l'essentiel dans une chanson, dans une musique, c'est l'agrément. Le plaisir, quoi. Plaisir de la pensée, du coeur, du cul, de l'âme, des orteils. Critère qui n'a rien à voir avec l'excellence, encore moins avec le consensus critique.

    Le livre? Une liste commentée où l'on retrouve, sur un pied d'égalité (au sens de prendre son pied), chef-d'oeuvre pour chef-d'oeuvre, selon Baillargeon, Le coeur est un oiseau de Richard Desjardins, I Think of You de Gregory Charles, Les Maringouins de la Bolduc et L'Hymne à

    Ti-pop des Sinners. Explication de Tournesol, par courriel: «Une chanson s'adresse à la fois au corps (rythme, danse), à l'intellect (paroles), à l'émotion (mélodie) et à notre sens esthétique (sonorités, textures, repères culturels). Un petit chef-d'oeuvre est une pièce musicale qui excelle sous un de ces aspects; un grand en réunit deux ou trois; un très grand les réunit tous les quatre!» Hiérarchisation, tout de même. La Complainte du phoque en Alaska n'est pas Tu as tout ce que j'aime d'un gars (Les Bises, 1967). Baillargeon insiste cependant: «Les deux axes qui soutiennent le "projet 401" sont la diversité et la référence historique.»

    Pourquoi 401, au fait? Parce que notre homme est de Québec et que le livre a été imprimé fin 2009, l'année d'après le 400e. Plus important est de noter les absents: ni Le Petit Roi ni Tu m'aimes-tu ne figurent dans le livre. Quelques-unes de mes préférées de toute éternité non plus: C'est ton ami, mon frère (Denis Forcier), notamment. «Le Petit Roi? Sans lui enlever ses qualités, je trouve que sa valeur symbolique a trop pris le pas sur le reste de l'album Jaune. J'ai toujours eu un faible pour Le Chat du Café des artistes. Par ailleurs, je plaide coupable pour C'est ton ami, mon frère.» Et puis voilà. Pour chaque choix, une discussion possible. On s'insurge, on applaudit, on réagit. C'est tout l'intérêt de ce livre ludique et (gentiment) polémique. Peu ou pas de chansons de Stéphane Venne, voyons donc, mon bon Richard? «Je ne me suis pas donné de prérequis, d'inclure des pièces de tel ou tel auteur. La priorité aux chansons et à la spontanéité. Peut-être qu'elles m'ont moins atteint? Cela dit, je suis parfaitement conscient que probablement personne ne sera d'accord à 401 %, mais d'un autre côté, personne ne sera en complet désaccord non plus.»

    Parcours fascinant, à tout le moins. La découverte est au détour d'une page sur cinq, minimum. Qui se souvient de Monsieur l'Indien, de Péloquin-Sauvageau? «Ceux qui ont usé le disque de bord en bord... » Aux autres viendra peut-être l'envie d'entendre ce chef-d'oeuvre de «spoken word» de chez nous. «Ce livre est subjectif et suggestif.» Et garant d'agrément, foi de Tournesol.

    ***

    401 petits et grands chefs-d'oeuvre de la chanson et de la musique québécoises, de Richard Baillargeon, Varia, Québec, 2009, 211 pages












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.