Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    20e gala de la SOCAN - Honneur à Clémence et ses chansons

    25 novembre 2009 |Sylvain Cormier | Musique
    Clémence DesRochers, quelques heures avant le gala
    Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Clémence DesRochers, quelques heures avant le gala
    «Pourriez-vous monter le chauffage un peu dans la chambre?» a demandé Clémence DesRochers à une affable et serviable employée du Hyatt. «On gèle.» Là, au bar du foyer, ça allait, on pouvait se parler sans faire de boucane. «Tantôt, je vais avoir chaud...» En effet, elle avait rendez-vous au Grand Salon de l'hôtel du centre-ville, avec ses pairs. Les autres auteurs et compositeurs. Et leurs éditeurs. Ce mardi soir était soir de gala, le 20e du nom pour la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique. Et Clémence y était la grande honorée parmi les honorés. À elle le Prix d'excellence, la plus prestigieuse récompense de l'organisme.

    À elle, pour ses textes de chansons. Pour Deux vieilles, Le Lac en septembre, On a eu un bien bel été, et les autres. De la «factrie» au podium. Prix qui s'ajoute à celui de la SPACQ, reçu en septembre. Aussi pour ses textes de chansons. «C'est pas pour la comique, précisait-elle en se soufflant dans les mains. C'est pour des poèmes que mes amis musiciens ont mis en chansons. Ça me fait particulièrement plaisir. J'ai toujours voulu qu'on sache que j'écrivais bien. Je trouve que j'en ai fait des bien belles...»

    J'écris ces lignes en fin de soirée, tombée oblige. Clémence vient sans doute d'aller chercher son prix. Je l'imagine, tellement Clémence. Elle aura fait rire, assurément. Elle aura ému, sans doute évoqué son père Alfred le grand poète. J'ai dû quitter à la deuxième salve de prix, hélas. Hélas pour le grand moment de Clémence, hélas pour le gala. On s'amuse bien au gala de la SOCAN, ça ne rate jamais, ça n'a pas raté. Michel Rivard, qui officiait pour la quatrième fois à l'animation, était le gentil baveux qu'il sait génialement être. Sa marotte cette fois-ci: railler les drôles de noms de maisons d'édition. «K Pone Publishing, un nom bien de chez nous.» Il a ramené son alter ego d'immigré inénarrable Drobny Orobné, qui a présenté le menu: à la fin on avait trop mal au ventre pour manger les aiguillettes de canard.

    Quelques vérités bonnes à dire ont été dites, comme d'habitude. «Les radios nous jouent pas tout le temps, mais on est content que les radios fassent l'effort de nous jouer», a joliment tourné Louis-Jean Cormier (prix «chanson révélation» avec les autres gars de Karkwa, pour Oublie pas). «Vous pensez que je fais rien que des reprises? J'écris aussi des chansons», a tenu à rappeler Sylvain Cossette, dont le succès Tout de moi, créé avec et pour Andrée Watters, comptait parmi la dizaine gagnante des airs les plus mis en ondes de l'année (le critère d'attribution des prix de la SOCAN est la diffusion radio).

    À quelques absents près (Éric Lapointe, Ariane Moffatt), chacun y allait plus librement que nulle part ailleurs de ses piques (David Bussières d'Alfa Roccoco, rappelant aux radios leurs quotas), de ses mercis sentis (Jean-François Breau saluant Rivard) et d'épisodes dans la vie d'auteur-compositeur (Jonathan Painchaud notant «l'ironie» d'avoir écrit sa chanson la plus populaire, Pousse, pousse, précisément parce que les radios en avaient retiré une autre de la «rotation»).

    Vous me direz ce qu'auront osé dire les nouveaux intronisés au panthéon des Classiques de la SOCAN (dont Pag, Paul Piché, Luc Plamondon et Patrick Bourgeois des B.B.), les non moins méritoires récipiendaires en musique classique et instrumentale (encore et toujours Raymond Fabi, James Gelfand et compagnie), ainsi que Robert Vinet, fondateur des disques GSI et fidèle gérant d'artistes (prix Hommage).

    Mais gageons que personne n'aura eu l'audace de Rivard qui, moitié candide, moitié acide, a déclaré aux gens de radio ne «pas beaucoup» écouter la radio. À ce compte-là, en effet, on avait envie d'en rajouter: autant écouter les disques de la moins radiodiffusée entre toutes: Clémence DesRochers. La liste complète des créateurs récompensés hier est disponible sur le site www.socan.ca.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.