Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Festival Haïti en folie - Manno Charlemagne, le combattant insoumis

    23 juillet 2009 |Yves Bernard | Musique
    Un seul concert a suffi pour faire élire Manno Charlemagne maire de Port-au-Prince, soit le concert du 23 juin 1995.
    Photo: Agence France-Presse (photo) Un seul concert a suffi pour faire élire Manno Charlemagne maire de Port-au-Prince, soit le concert du 23 juin 1995.
    Manno Charlemagne? C'est un peu Victor Jara, le chanteur de la liberté, ou Gilberto Gil, ou encore Vaclav Havel, c'est-à-dire une sorte d'artiste national plus grand que nature qui deviendra contre toute attente politicien. Dans le chant de l'Haïtien Manno Charlemagne, on entend aussi l'esprit troubadour de Félix et de Brassens, la fluidité de Françoise Hardy et l'intégrité de Brel, mais aussi et surtout toute la clameur populaire haïtienne. Pourtant, il est rare de l'entendre chanter. Il ne s'est pas présenté sur la scène d'un festival d'été depuis 2002. Le voici enfin à Montréal, de retour ce soir au théâtre Plaza.
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel