Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Ils ont piqué notre curiosité

    6 janvier 2018 |Fabien Deglise | Livres
    Tout en langueur et en regard incliné, Murakami sonde à nouveau les fondations des trajectoires humaines, forcément troublées par le rapport aux choses et au monde.
    Photo: Kat Menschick / Belfond Tout en langueur et en regard incliné, Murakami sonde à nouveau les fondations des trajectoires humaines, forcément troublées par le rapport aux choses et au monde.
    Birthday Girl
    Haruki Murakami, traduit du japonais par Hélène Morita, Belfond, Paris, 2017, 60 pages ★★★★
    Le jour de l’anniversaire de ses 20 ans, une jeune fille travaillant dans un restaurant italien huppé du quartier chic de Roppongi, à Tokyo, doit remplacer au pied levé le directeur des lieux, malade, qui chaque soir apporte son repas au propriétaire de l’établissement. L’étrange personnage vit reclus dans son appartement. Elle relate l’instant qui va devenir une balise sur la ligne de son destin. Tout en langueur et en regard incliné, Murakami sonde à nouveau les fondations des trajectoires humaines, forcément troublées par le rapport aux choses et au monde. Un récit court, initialement publié en 2002 au Japon et dont le mystère est magnifié par les illustrations de Kat Menschik.

    Les vieux fourneaux, tome 4
    La magicienne

    Paul Cauuet et Wilfrid Lupano, Dargaud, Bruxelles, 2017, 56 pages ★★★★
    Malcommode un jour, malcommode toujours ! Pierrot, Mimile et Antoine, les septuagénaires à l’esprit révolutionnaire et adolescent sont de retour dans le quatrième tome de cette très sympathique fresque sociale. Il est question cette fois de l’agrandissement d’une méchante entreprise sur une zone à défendre (ZAD), l’occasion de faire entrer des écolos dans la place, pour alimenter les dialogues de cette série qui, depuis le début, ont la truculence de ceux imaginés à une autre époque et en d’autres lieux par un certain Michel Audiard. Bref, ces vieillards ont l’esprit vif. Et, il est toujours sympathique d’en être témoin.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.