Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    «La connerie est l’une des plus grandes marchandises de l’âge contemporain»

    14 octobre 2017 |Fabien Deglise | Livres
    Pour Maurizio Ferraris, l’imbécillité prolifère en trouvant son moteur dans chacun de nous.
    Illustration: Tiffet Pour Maurizio Ferraris, l’imbécillité prolifère en trouvant son moteur dans chacun de nous.

    Pas besoin de suivre un président sur Twitter, de syntoniser la radio dans la région de Québec, de porter le regard vers la Corée du Nord ou d’écouter un analyste politique au rire gras sur les ondes de TVA parler de tirer les séparatistes au fusil pour s’en convaincre : l’imbécile, le crétin, le con, l’idiot, le pignouf, le couillon… donnent chaque jour l’impression de renforcer un peu plus leur hégémonie désolante sur le monde et sur le présent. Et il faut être très con — et de facto très conne — pour s’en désoler, estime le penseur italien Maurizio Ferraris, puisque la bêtise ambiante est tout sauf extérieure à ceux et à celles qui la subissent. Elle trouve plutôt son carburant en chacun de nous, rappelle ce professeur de philosophie à l’Université de Turin dans un essai pas très con et plutôt brillant intitulé L’imbécillité est une chose sérieuse (PUF). En entrevue, l’homme, joint aux États-Unis où il était de passage il y a quelques jours, appelle d’ailleurs à prendre conscience de cette part de connerie individuelle apportée à l’édifice de l’imbécillité collective pour tenter de rendre le monde pas plus intelligent, mais certainement un peu moins con.

     

    Loin de nous faire régresser, vous écrivez que l’imbécillité peut aussi être un moteur de progrès et d’avancement. Est-ce à dire qu’il faut cesser de craindre les cons et d’accepter leur présence parmi nous ?

     

    Non seulement parmi nous, mais dans nous. Ego cogito, ego con. La différence n’est pas entre une normalité indemne de connerie et une minorité de cons, mais bien plutôt entre le rapport qui s’établit en nous entre le con et le non-con. Qui prévaut ? Parfois le con, parfois son inverse, et on ne le sait pas au préalable, c’est la grande énigme, le véritable inconscient. Tout être humain est structurellement exposé à la connerie. L’homme à l’état de nature est un imbécile. La technique et la culture sont la tentative pour lui de s’éloigner de cette native connerie. « Imbécile » dérive de in-baculum, sans bâton, sans technique.

    Photo: Wikipédia Maurizio Ferraris
     

    Le Web n’accentue pas la bêtise, il la rend plus visible, écrivez-vous. Or, est-ce que l’imbécillité exacerbée dans ces univers par des élites (je vous pose la question vous sachant actuellement dans l’Amérique de Donald Trump) tend à favoriser la prolifération et l’expression de la connerie ?

     

    Le Web crée la condition que j’appelle « documédialité », c’est-à-dire l’union entre la force institutive des documents (toute la masse de dits et d’écrits qu’on « poste » sur l’immense archive qu’est le Web) et le dynamisme des médias (le fait que Trump utilise le même médium que le reste du monde, Twitter, est éloquent : chacun de nous est un broadcaster en puissance ou en acte). Cela a transformé le monde social avec une rapidité et une force dont le seul équivalent est la révolution capitaliste du début du XIXe siècle. Mais nous n’avons pas encore conceptualisé cette transformation, et nous avons coutume de l’interpréter comme une évolution du capitalisme, ou comme l’implosion de l’humanité dans une connerie dont elle aurait été indemne auparavant, alors qu’il s’agit d’une transformation radicale introduisant une discontinuité dont les traits caractéristiques doivent être analysés.

     

    Avec la montée du populisme, l’imbécillité des masses inquiète les élites qui, pourtant, ont depuis toujours eu le privilège de l’imbécillité documentée. Le choc naît-il du fait que ces élites voient, ou refusent de voir, dans la connerie de l’autre leur propre ineptie ?

     

    « Imbécile lecteur — mon semblable — mon frère », voici peut-être l’incipit des Fleurs du mal à l’âge de Twitter. En particulier, il devient problématique, je crois, d’opposer à présent les élites et les masses. Le trait caractéristique de l’âge documédial, en ce sens, c’est que Trump n’est pas différent de ses électeurs. Il est plus riche, sans doute, mais il en partage les vues, c’est bien pour cela qu’il a été élu. La documédialité crée un espace horizontal et non hiérarchique ou « un vaut un », c’est-à-dire, aussi, « un con vaut un génie ». C’est dans ce contexte que se développe la « post-vérité », qui n’est pas une invention ni une prérogative de Trump, mais le résultat de l’atomisation sociale caractéristique des chambres d’écho de l’âge documédial. On voit se créer des champs de sens (qui disent que les vaccinations sont dangereuses, que la lune est faite de fromage, bref, des conneries) qui proposent une nouvelle version de la monadologie, et cela, parce que chacun se représente l’univers tout entier à travers les perspectives de ses propres perspectives, avec le présupposé assez con qu’elles soient objectives.

     

    Y a-t-il aujourd’hui chez les élites une volonté de cultiver l’imbécillité pour entrer en communication avec la masse ? La connerie est-elle devenue un nouveau ciment de la socialisation ? La connerie est-elle un nouveau vecteur de la communication politique ?

     

    Je dirais plutôt que la connerie, c’est l’une des plus grandes marchandises de l’âge contemporain. Au lieu de voir le moment actuel comme la phase suprême du capitalisme, on propose d’isoler trois périodes qui se sont succédé dans le temps : le Capital au XIXe siècle ; la Médialité dans la société de la communication du XXe siècle ; et la Documédialité dans la société du Web. Pour Marx, la marchandise est la solidification d’une relation sociale. Ce à quoi nous avons assisté lors du passage à la Médialité et à la Documédialité, c’est à la révélation de ce principe qui, chez Marx, apparaît encore comme un mystère : la marchandise devient spectacle dans la phase médiale, puis document dans la phase documédiale, c’est-à-dire qu’elle révèle en pleine évidence sa propre nature d’objet social, et bien sûr de manifestation d’imbécillité, avec les réseaux sociaux. Aucune surprise du fait qu’il y ait tellement de conneries dans le Web : les documents (intelligents ou imbéciles) étant la marchandise d’aujourd’hui, le surplus con et bête doit être mis en compte.

     

    La connerie est-elle aussi portée par des sociétés qui se complaisent dans le divertissement ? On se détend plus dans l’imbécillité que dans le sérieux ?

     

    Il n’est pas question de détente, mais de mobilisation. La connerie mobilise bien plus que l’intelligence, et la mobilisation dans laquelle nous sommes tous pris, c’est un signe assez clair de connerie. Le travail de l’âge capitaliste s’est transformé pour devenir la consommation de l’âge médial. L’objectif du travailleur de l’âge capitaliste était la subsistance ; l’âge médial promettait au contraire le divertissement. La caractéristique fondamentale de l’âge documédial, comme cela est particulièrement évident dans la politique de l’image accomplie par les selfies, est la reconnaissance : les selfies ne sont pas, comme on le soutient souvent en bons moralistes, un phénomène narcissique, mais ils constituent plutôt l’instrument essentiel d’une lutte pour la reconnaissance. En ce sens, la caractéristique fondamentale de l’âge documédial n’est pas l’aliénation, la cession de son propre travail ; bien au contraire, c’est justement l’auto-affirmation qui se manifeste tant dans l’aspect militaire des dynamiques du Web que dans l’usage de la vérité comme facteur identitaire propre à l’époque de la post-vérité.

     

    Faut-il être imbécile pour écrire un essai complet sur ce sujet ?

     

    Eh bien, oui : on se sent imbécile, in-baculum, on prend son bâton (en l’occurrence, ici, une plume) et l’on commence une fuite sans fin vers l’imbécillité, exercice qui n’est pas exempt de risques puisque, on le sait très bien, on tue plus avec la plume que l’épée, en particulier en révélant l’imbécillité de l’auteur.

    L’imbécillité est une chose sérieuse
    Maurizio Ferraris, PUF, Paris, 2017, 150 pages












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.