Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Vitrine du livre

    L’Eugénie pratique, Trevor Cole

    26 août 2017 |Fabien Deglise | Livres

    Comédie caustique à tendance perverse, auréolée d’un prix de l’humour lors de sa sortie en 2010 au Canada, L’Eugénie pratique dévoile en français cet automne le récit sans doute plus décevant qu’amusant du journaliste ontarien Trevor Cole. Sous la couverture, dans une petite ville canadienne, on y suit Eugénie, fille et soeur de policiers, qui, marquée par le décès de sa mère, décide de combattre autour d’elle la dure réalité de la mort et de la déliquescence des corps avec l’âge par… le mal. À l’image de la série américaine Breaking Bad, il y a de la transgression dans l’air, tout comme une femme en rupture avec le réel qui se joue des gardiens de la morale et des représentants de l’autorité autour d’elle. Mais il y a surtout un texte qui donne à la littérature ce que Linda Lemay a apporté à la chanson : une profonde banalité du propos qui laisse cette impression de bien « sonner », tant et aussi longtemps que l’on ne prend pas trop conscience de sa vacuité.

    L’Eugénie pratique
    ★★ 1/2
    Trevor Cole, Flammarion Québec, Montréal, 2017, 364 pages.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.