Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le délicieux ovni littéraire d’Antonio Sarabia

    12 août 2017 | Michel Bélair - Collaborateur | Livres
    Enlèvements et exécutions se succèdent sous le regard du chroniqueur sportif d’un journal mexicain.
    Photo: iStock Enlèvements et exécutions se succèdent sous le regard du chroniqueur sportif d’un journal mexicain.

    Les grands éditeurs ne se contentent pas de publier des polars ; ils ratissent plus large en multipliant les collections selon les métamorphoses du genre. Gallimard, Le Seuil, Actes Sud le font. Galmeister publie des textes de coloration « noire » dans ses collections « Americana », « Noir », « Néo Noir » et « Totem ». Mais c’est Métaillié qui va encore plus loin en explorant carrément des pans entiers de littérature par région du globe. Le petit éditeur français publie ainsi une « Bibliothèque nordique », une « Bibliothèque italienne », une « Bibliothèque brésilienne », une « Bibliothèque hispanique », une « Bibliothèque latino-américaine ». Et c’est dans celle-ci que l’on vient de découvrir des textes argentins, péruviens et mexicains absolument étonnants. Le dernier en date, La femme de tes rêves de l’auteur mexicain Antonio Sarabia, décédé en juin dernier, est une véritable perle rare.
     

    Photo: Daniel Mordzinski / CC Antonio Sarabia

    Nous sommes quelque part au Mexique, dans une petite ville de province dont on ne saura jamais le nom et où les mendiants portent des costumes délirant sur la structure atomique de l’univers. Dans la salle de rédaction du petit journal local, le chroniqueur aux faits divers se fait impunément tabasser par des truands. Personne ne meurt — enfin, pas tout de suite —, mais on saisit déjà après quelques pages que le ton est fixé : tout est possible dans cet univers où la trame narrative déjantée fait penser au « réalisme onirique » de García Márquez ou aux délires organisés de Borges.

     

    Une perle rare

     

    Une série d’enlèvements et d’exécutions sommaires va se produire sous le regard étonné du « héros », Hilario Godinez, qui est chroniqueur sportif au même petit journal. Même s’il a abandonné ses prétentions littéraires, Godinez s’ennuie un peu tout en peaufinant ses chroniques qui lui valent une réputation de connaisseur. Mais on découvre surtout qu’il reçoit chaque semaine depuis plus de 10 ans des lettres d’amour particulièrement bien tournées signées « la femme de tes rêves »… dont il ignore totalement l’identité.

     

    Tout cela alors que se développe malgré lui une relation bizarre avec un balafré amateur de foot — en qui il reconnaît le chef des tabasseurs — et homme de main, à ses heures, d’un trafiquant de drogue omnipuissant. Au moment où Hilario s’apprête à succomber aux charmes d’une jeune fille de famille aisée, le monde semble vaciller autour de lui alors que ladite « femme de [ses] rêves » se dévoile enfin… et qu’il est à son tour victime d’un enlèvement !

     

    On aura deviné que ce n’est là qu’une mince partie de ce qui se trame dans cette histoire déroutante écrite si « différemment ». Il faudrait parler de la dégaine de l’auteur, de son style inimitable et de sa faculté de passer d’un sujet à l’autre en touchant toujours, mine de rien, à l’essentiel. À un point tel que cet improbable récit vous laissera pantois quand arrivera la dernière page sans prévenir. Une sorte de perle rare à siroter lentement au coeur de l’été que voilà.

    La femme de tes rêves
    Antonio Sarabia, traduit du mexicain par René Solis, Métailié, « Noir », Paris, 2017, 175 pages












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.