Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    David Grossman reçoit le Man Booker International Prize

    16 juin 2017 |Fabien Deglise | Livres
    David Grossman a décroché mercredi à Londres le Man Booker International Prize pour «Un cheval entre dans un bar». 
    Photo: Daniel Leal-Olivas Agence France-Presse David Grossman a décroché mercredi à Londres le Man Booker International Prize pour «Un cheval entre dans un bar». 

    Ses romans entrent au coeur des affres de la condition humaine, et cela vient de le faire entrer aujourd’hui au coeur d’une prestigieuse reconnaissance. L’auteur israélien David Grossman a décroché mercredi à Londres le Man Booker International Prize pour Un cheval entre dans un bar (Seuil). L’oeuvre intimiste et sensible, qui s’articule autour du monologue comique du clown Dovaleh Greenstein livré dans un cabaret d’une petite ville d’Israël, dresse surtout le portrait lucide d’une société israélienne traversée par ses violences et ses contradictions.

     

    « David Grossman s’est lancé dans un acte romanesque ambitieux et de haute voltige, et il a relevé son pari de manière spectaculaire, a indiqué le représentant du jury et directeur du salon du livre d’Édimbourg, Nick Barley, cité par The Guardian. Nous avons été époustouflés par les risques qu’il a pris autant dans son engagement émotif que stylistique. Chaque phrase, chaque mot comptent dans cet exemple parfait de ce qu’est le travail de l’écrivain. »

     

    Cinq autres romans étaient dans la course, dont Mirror, Shoulder, Signal de la Danoise Dorthe Nors, Boussole du Français Mathias Enard, Judas de l’Israélien Amos Oz, Fever Dream de l’Argentine Samanta Schweblin et Les invisibles du Norvégien Roy Jacobsen.

     

    David Grossman, dont le nom apparaît régulièrement dans la liste des candidats potentiels à un Nobel de littérature, a laissé infuser dans cette oeuvre la douleur d’une mort, celle de son fils Uri, tué au Liban en 2006 alors qu’il faisait son service militaire. Fin observateur des impasses politiques et sociales dans lesquelles les sociétés israélienne et palestinienne se sont placées au fil des décennies, il est l’auteur également d’Une femme fuyant l’annonce.

     

    Créé en 2005, le Man Booker International Prize récompense l’auteur d’un roman étranger traduit en anglais. Le prix est remis conjointement au romancier et à son traducteur, ici la traductrice Jessica Cohen, qui, avec David Grossman, vont se partager les 84 000 $ liés à ce prix. La cuvée 2016 de ce prix a été remise à la Sud-Coréenne Han Kang pour La végétarienne.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.