Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Lettres

    Le Canada a besoin d’une stratégie à long terme pour garantir un accès équitable aux livres

    15 juin 2017 | Sarah Rouleau et Julie-Anne Roy, gestionnaire senior des programmes et services chez INCA Québec Le 7 juin 2017 | Livres

    Tout le monde a le droit de lire. Peu importe où nous habitons, nous avons tous le droit de lire et de consulter de l’information pour nous sentir vraiment inclus dans notre collectivité, notre société et notre culture.

     

    Le problème réside dans le fait que le droit à la lecture n’est pas défendu de façon universelle. En 2017, les Québécois qui ne peuvent lire les imprimés, comme les personnes aveugles, ont encore un accès très restreint aux livres.

     

    Plus de trois millions de Canadiens ne sont pas en mesure de lire les imprimés traditionnels en raison d’un handicap. Ces personnes comptent sur les médias substituts comme le braille, l’audio et le texte électronique accessible pour être capables de lire des livres, des journaux et d’autres contenus publiés. Mais seule une infime partie des livres publiés au Canada chaque année est offerte dans ces formats accessibles. Il est remarquable qu’INCA (l’Institut national canadien pour les aveugles) demeure le plus important producteur de livres accessibles au Canada depuis près d’un siècle, et ce, en dépit du fait qu’il s’agit d’un organisme de bienfaisance.

     

    Imaginez ce que ce serait de ne pas pouvoir entrer dans une bibliothèque ou une librairie et prendre n’importe quel livre que vous voulez. Imaginez ce que ce serait d’être au secondaire ou à l’université et de ne pas être capable de lire le manuel qu’on vous a remis. Imaginez ce que ce serait d’entendre vos amis parler du dernier succès de librairie et de savoir que vous êtes incapable de le lire. Ce n’est pas de l’accessibilité. C’est de l’exclusion.

     

    Le Canada a besoin d’une stratégie à long terme pour garantir un accès équitable aux livres à tous les citoyens, peu importe leur incapacité. J’espère que nous pourrons avoir cette conversation et parler ensemble à notre gouvernement afin de créer une solution pour garantir le respect du droit à la lecture de tous.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.