Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Ancien décrocheur, Nicolas Zorn fait l’éloge du modèle québécois

    15 mai 2017 |Fabien Deglise | Livres
    Au-delà des idées reçues et des discours surtout démagogiques, Nicolas Zorn estime que plus de filet social fait moins de pauvreté, moins d’inégalités et plus de richesse collective.
    Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Au-delà des idées reçues et des discours surtout démagogiques, Nicolas Zorn estime que plus de filet social fait moins de pauvreté, moins d’inégalités et plus de richesse collective.

    Profiteur et fier de l’être ! Nicolas Zorn aurait pu n’être qu’un étudiant parmi tant d’autres, inscrit en science politique et en train de fignoler son doctorat sur un sujet, dit-il, l’économie dans la politique, qui n’est pas très digeste lors des soupers de famille. Mais la vie en a décidé autrement.

     

    Avant d’en arriver là, il a connu les affres de la condition humaine : le divorce de ses parents, puis la mort de son père alors qu’il n’avait qu’une dizaine d’années. Il a laissé sa tristesse se muer en violence. Il a été un décrocheur multirécidiviste, il a vécu en centre jeunesse, dans des familles d’accueil, a collectionné les intervenants sociaux et autres psychoéducateurs…

     

    Aujourd’hui, devenu analyste de politiques publiques à l’Institut du Nouveau Monde, il clame haut et fort avoir largement « profité d’un système » qui a su le « rattraper » chaque fois qu’il s’est mis à sombrer. Un système fait de programmes sociaux, de services publics porteurs d’un idéal d’égalité et de justice sociale au fondement du fameux « modèle québécois » que Nicolas Zorn cherche aujourd’hui à défendre.

     

    Car, au-delà des idées reçues et des discours surtout démagogiques, selon lui, plus de filet social fait moins de pauvreté, moins d’inégalités et plus de richesse collective, écrit-il dans un essai adressé à ceux et celles qui sont plus tentés par le désengagement de l’État et les compressions budgétaires que par l’entraide. Ce modèle produit aussi plus d’égalité des chances, dit celui qui est en la preuve vivante.

     

    « Si j’avais vu le jour ailleurs qu’au Québec, je ne serais pas là où je suis aujourd’hui, lance au téléphone l’auteur de J’ai profité du système (Éditions Somme Toute). À une époque où la tentation d’affaiblir ce modèle québécois est de plus en plus présente dans le discours public tout comme dans les programmes politiques des grands partis, j’ai écrit ce livre pour mettre un visage humain sur ce modèle et sur ce qu’il est capable d’apporter à des trajectoires de vie frappées par l’adversité. »

     

    Le modèle québécois, avec sa fiscalité élevée qui nourrit des programmes sociaux en santé, en éducation, en protection de la jeunesse… n’a pas toujours bonne presse et alimente même l’idée prégnante que le Québec vivrait, à cause de lui, au-dessus de ses moyens, souligne Nicolas Zorn. « Ce discours justifie de manière récurrente des coupes dans les services publics, dit-il. Coupes qui, les années suivantes, permettent au gouvernement de dégager des surplus budgétaires et d’offrir des baisses d’impôt à temps pour les élections. C’est un non-sens. »

     

    Couper court au dénigrement

     

    Plus que de simples dépenses, les programmes sociaux sont surtout des investissements, rappelle l’essayiste, qui croit que le temps est venu de changer les perceptions et de combattre les idées reçues en laissant voir dans le détail ce qu’apporte le modèle québécois. « Défendre les services publics et l’approche égalitaire de l’État est difficile à faire, dit-il. Cela repose sur l’affirmation de grands principes abstraits, la justice sociale, l’égalité, la mutualisation des ressources, et des statistiques qui n’offrent pas d’images concrètes, pas de réalités tangibles à montrer à ceux et celles qui les financent. »

     

    Il ajoute : « Contrairement aux États-Unis ou à d’autres provinces canadiennes, la conséquence des inégalités extrêmes n’est plus visible au Québec et laisse croire donc que l’on n’a pas besoin de s’en préoccuper. Or, si ces inégalités ne sont pas apparentes, c’est parce que le système fonctionne bien. Si on s’attaque à ce système, on ne peut donc que les faire apparaître. »

     

    Le modèle québécois serait donc tenu pour acquis, 70 % de la population considérant en effet vivre dans une « société juste », selon une étude de l’Université Laval publiée en 2013, étude que cite Nicolas Zorn dans son livre pour rappeler que les politiques sociales du Québec « reposent sur une vision optimiste de l’être humain » et ont une « fonction assurantielle » que l’on tend à sous-estimer tant que, comme pour l’assurance auto ou habitation, l’adversité ne nous a pas amenés à nous en prévaloir.

     

    Vivre ensemble

     

    Cette mise en commun pour vivre ensemble doit d’ailleurs sans cesse être rappelée, dit-il, à des citoyens qui ne sont pas seuls dans cette société qui forme un tout et qui, en contribuant au bien-être des autres, entretiennent aussi leur propre bien-être. « Une société égalitaire crée moins d’écart entre les citoyens, moins de pauvreté, plus de mobilité sociale. Les programmes sociaux ne bénéficient pas juste à ceux qui en ont besoin, mais à tout le monde. Ils sont bons pour la croissance économique, pour la santé démocratique, pour la santé des gens, pour la productivité… »

     

    En revenant sur sa vie de « profiteur », Nicolas Zorn a donc pris conscience qu’il était le fruit des politiques sociales du Québec qui, en le sauvant, en font aujourd’hui un nouveau contributeur. « Mon séjour dans les centres jeunesse et les foyers de groupe a coûté plus de 400 000 $ à l’État, écrit-il, sans compter les services de psychologues et de travailleurs sociaux, les programmes pour décrocheurs, les faibles coûts pour MES études postsecondaires, et les prêts et bourses. »

     

    Or, statistiquement, le revenu auquel il va pouvoir aspirer une fois son programme d’études doctorales terminé devrait l’amener à verser 450 000 $ de plus en impôt, en taxes et en cotisations sociales durant sa vie active que s’il était resté le décrocheur que le destin était en train de faire lui. « S’ajoute à ça le fait que je vais possiblement injecter près de 1,7 million de dollars de plus dans notre économie. »

     

    De l’argent que l’essayiste rêve de voir utilisé collectivement à l’avenir pour combattre les inégalités sociales et alimenter ce modèle québécois qui, selon lui, devrait cesser d’être une abstraction, et pas juste lorsqu’on en a besoin.

    J’ai profité du système
    Nicolas Zorn, Éditions Somme toute, Montréal, 2017, 240 pages












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.