Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Montréal en 375 mots: «Été 55»

    13 mai 2017 | Michel Tremblay - Michel Tremblay est romancier, dramaturge et scénariste. Il est l’auteur de dizaines de romans et de pièces de théâtre marquants du patrimoine culturel québécois. «Conversations avec un enfant curieux» (Leméac/Acte Sud) est son plus récent roman. | Livres
    Illustration: Tiffet

    Nous étions une bonne vingtaine dans mon groupe d’amis, tous âgés de treize à quinze ans, et nous n’avions pas le droit de bouger.

     

    Montréal était figée dans l’été de la poliomyélite et on nous promettait les pires ennuis si on ne restait pas tranquilles. De graves dangers nous guettaient — lesquels, tout restait flou à ce sujet-là —, et au moindre signe d’agitation, à la plus petite parole prononcée trop fort, les mères sortaient sur les balcons pour nous dire de nous calmer si nous ne voulions pas finir dans un fauteuil roulant (cette menace était la seule tangible).

     

    Nous nous réfugiions la plupart du temps sur la grande galerie des Miron, assis par terre, tassés, pour jaser, téter un Coke, raconter des histoires, n’importe quoi, étirer le temps jusqu’à l’heure du coucher. Les plus impatients d’entre nous, ceux qui s’adonnaient au sport, habitués au mouvement, à la dépense d’énergie, se rebiffaient de temps en temps : ils prétendaient ressentir des engourdissements et, à l’insu des adultes, ils s’étiraient, se contorsionnaient, se plaignaient de crampes causées par l’inertie.

     

    Par contre ceux qui, comme moi, préféraient la lecture et la rêverie à l’agitation des sports d’été, passaient un été magique.

     

    Personne ne nous disait que nous allions nous rendre aveugles à force de lire — j’ai découvert cette année-là Jules Verne, les Biggles et les Signe de piste, j’ai aussi appris à haïr Berthe Bernage —, les séances de cinéma se multipliaient et nous n’avons pas vu un seul bâton de baseball de toutes les vacances.

     

    Il faisait noir, nous parlions d’avenir, de la peur de devenir des adultes responsables, des mains se frôlaient, des baisers furtifs étaient échangés, bouche fermée, au goût de produits contre l’acné juvénile.

     

    C’était l’été 1955. Je crois bien que nous étions heureux.













    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.