Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Christian Guay-Poliquin rallie les collégiens

    «Le poids de la neige» est couronné au premier tour du Prix littéraire des collégiens

    7 avril 2017 | Louise-Maude Rioux Soucy à Québec | Livres
    Christian Guay-Poliquin
    Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Christian Guay-Poliquin

    C’est le déroutant thriller introspectif Le poids de la neige qui a fini par rallier derrière lui les quelque 750 étudiants du collégial, dont les représentants étaient réunis jeudi soir, à Québec, pour une soirée de délibérations qui s’est révélée aussi attentive que passionnée. C’est donc Christian Guay-Poliquin qui remporte le convoité Prix littéraire des collégiens 2017, prix qui lui sera officiellement décerné ce vendredi après-midi au Salon international du livre de Québec.

     

    Consacré au premier tour, ce huis clos tout en violence contenue est ancré dans la blancheur de l’hiver. Il décrit un climat social en déliquescence dans une langue-scalpel sombre et envoûtante. Une pluie d’applaudissements a accompagné l’annonce de la victoire de Christian Guay-Poliquin, jeudi soir, après une courte stupeur initiale. Il n’est pas rare en effet qu’il faille un deuxième tour pour trancher au Prix littéraire des collégiens. Plusieurs s’attendaient donc à remettre les gants, certains avec impatience. Ceux-là ont dû ronger leur frein.

     

    Il faut dire que les délibérations joyeuses et stimulantes entourant ce prix ont, pour plusieurs de ces étudiants, des allures de révélation. Fabien Roy, du cégep de Sept-Îles, choisi porte-parole avec sa collègue du collège André-Grasset Dardia Joseph, a bien résumé le sentiment général : « On fait juste parler, mais en même temps, c’est tellement puissant ! Parler de littérature pendant des heures, juste parler, échanger, c’est vraiment fort. Je viens de la Côte-Nord, et c’est quelque chose que je n’avais jamais vécu avec une telle intensité auparavant. »

     

    Pour Dardia Joseph, il y a dans cet exercice, dont la popularité ne faiblit pas avec les ans, de quoi se réjouir quant à l’avenir de la société québécoise. « C’est un pied de nez à tous ceux qui croient que la langue française se meurt et que les jeunes ne savent plus lire. […] Ici, on défend des idéaux, des idées. Ici, on défend la littérature ! »

     

    Le poids de la neige (La peuplade) se mesurait à quatre autres livres dont les titres avaient été dévoilés en novembre dernier : Les maisons de Fanny Britt (Le cheval d’août), Mektoub de Serge Lamothe (Alto), Des femmes savantes de Chloé Savoie-Bernard (Triptyque) et Le continent de plastique de David Turgeon (Le Quartanier).

     

    Soutenu par la Fondation Marc Bourgie, le Prix littéraire des collégiens salue la vitalité des lettres québécoises à travers l’expression des préférences des étudiants du collégial. Il est doté d’une bourse de 5000 $.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.