Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Fiction québécoise

    Éric St-Pierre t’explique comment écrire un «best-seller»

    Avec son premier roman, il parodie la psycho-pop façon Marc Fisher

    1 avril 2017 | Dominic Tardif - Collaborateur | Livres
    L’auteur livre une salutaire satire des romans à grand succès.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir L’auteur livre une salutaire satire des romans à grand succès.

    Dans Voir grand, Marc Fisher raconte l’ascension de Luc Poirier, richissime beau gosse « élevé aux repas en conserve et au baloney. » La jeune millionnaire, aussi cosigné par Marc Fisher, retrace les « secrets parfois tristes » d’Eliane Gamache Latourelle, « que toute millionnaire en herbe pourra suivre avec succès ! » afin d’elle aussi faire fortune. Conseils à un jeune romancier, un autre important jalon de l’oeuvre de l’auteur québécois bien connu, recense quant à lui les astuces prodiguées par un « écrivain réputé, prolifique et célébré » à son neveu, qui souhaite vivre de sa plume.

     

    Ils sont des millions, dit-on, à s’être procuré ces ouvrages contenant des recettes infaillibles et pourtant, douce ironie, notre société ne croule toujours pas sous les self-made-millionnaires ni sous les pondeurs de best-sellers. Le poids du fourbe discours de l’accomplissement de soi par la force de sa seule détermination, lui, ne cesse cependant de vicier l’air ambiant. « Si tu veux, tu peux », répètent avec force circonlocutions vaseuses les chantres de la pensée positive et autres starlettes en mal de lumière.

     

    Archétype du gentleman-écrivain, Rick Stone parcourt le monde, bien accroché à ses préjugés et à la condescendance par la lorgnette de laquelle il contemple ses semblables. Le narrateur du premier roman d’Éric St-Pierre partage sa science avec sa nièce dans une série de lettres pompeuses. Elle souhaite, comme son oncle, passer à la banque en fourguant au tout-venant des conseils d’écriture. Titre en forme de mise en abyme de cette parodie de livre épistolaire : Comment écrire un best-seller.

     

    Devenir le gourou de l’écrivain du dimanche ? Voilà une entreprise à la fois simple et complexe. « Ma douce nièce, je comprends difficilement les raisons pour lesquelles tu t’entêtes à ce point à m’enquiquiner sur de prosaïques questions de forme ou de contenu », se demande l’auteur du Romancier I, II et III (titres inclus dans une liste fictive d’autres oeuvres de Rick Stone).
    « Ce n’est pas en écrivant que l’on exhibe son talent. Il existe tant d’autres aspects à ton travail qu’il est dangereux de laisser au hasard. »

     

    Quelques-uns des secrets les mieux gardés

     

    Pour caracoler au sommet des palmarès des librairies, il faudrait idéalement s’« extraire à la boueuse ornière que représente ton sexe », suggérera Tonton Rick sur le ton du strict pragmatisme. Combien de grandes écrivaines, après tout, appartiennent au genre féminin ? Pas beaucoup…

     

    Parmi les autres pépites de sagesse offertes généreusement par le mentor : en tout temps soigner son apparence, choisir un agent aux instincts carnassiers et miner la crédibilité de ceux qui signent des critiques négatives. Surtout, ne jamais réellement révéler par élan de sollicitude les secrets les mieux gardés de cet art de l’imposture consistant à laisser entendre qu’il suffit de lire un best-seller sur l’art d’écrire des best-sellers pour savoir écrire des best-sellers.

     

    Ludique crachat au visage trop souriant de ceux et de celles pour qui bonheur, santé et prospérité sont à la portée de quiconque entreprend de se retrousser les manches, Comment écrire Comment écrire un best-seller intercale de réels extraits de livres de Marc Fisher, de la reine des fourneaux Marilou, de la youtubeuse Noémie Dufresne et du maître de la novlangue Mélanie Joly, procédé efficace d’un St-Pierre souhaitant nous signaler qu’il exagère à peine. Sa salutaire satire est un jus aux propriétés détoxifiantes, lavant notre imaginaire des impuretés que l’omniprésente psycho-pop y a incrustées.

    Comment écrire. Comment écrire un best-seller
    ★★★
    Éric St-Pierre, Québec Amérique, Montréal, 2017, 184 pages












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.