Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Vitrine du livre

    Antiquité critique et modernité. Essai sur le rôle de la pensée critique en Occident, Jean-Marc Narbonne

    3 décembre 2016 |Guylaine Massoutre | Livres
    Philosophie
    Antiquité critique et modernité
    ★★★1/2
    Jean-Marc Narbonne
    Les Belles Lettres
    Paris, 2016, 254 pages

    Qu’en est-il des Lumières grecques dans notre culture ? Le professeur de l’Université Laval Jean-Marc Narbonne réfute l’opposition entre modernité et pensée hellène, dans notre certitude que cette distance est infranchissable et naturelle. Les combats de Platon sont-ils étrangers à notre idée de la créativité ? Ont-ils confondu histoire et mythe, vérité et métaphysique ? Les concepts et pratiques dialogiques manquent-ils de pertinence ? L’émergence d’un domaine profane, à même le « désenchantement grec du monde », a permis le développement critique d’un athéisme politique et sa réfutation, dans un corpus philosophique et dramatique important, nuancé, prégnant. Qu’il soit question de santé ou de démocratie, le « tour d’esprit » grec, curieux, multiforme, critique, sobre et distancé, permet une posture agonistique intellectuellement saine, dans l’« open society » de type moderne. Contre le schéma évolutif de l’histoire, s’appuyant même sur René Char et Hannah Arendt, le professeur rétorque que l’héritage hellène nous préserve en dernier ressort des régressions sceptiques et désinvoltes, qui confondent dates, contextes et contenus, ignorant l’attitude critique grecque comme processus nécessaire pour observer le monde.

    Antiquité critique et modernité
    ★★★ 1/2
    Jean-Marc Narbonne, Les Belles Lettres, Paris, 2016, 254 pages












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.