Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Archives

    La Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie devra fermer

    1 octobre 2016 |Caroline Montpetit | Livres
    Gaëtan Dostie devant l’édifice de la rue de la Montagne, où était logée sa Médiathèque littéraire.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Gaëtan Dostie devant l’édifice de la rue de la Montagne, où était logée sa Médiathèque littéraire.

    La Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie, avec ses trésors de premières éditions, de manuscrits, de photos, de lettres, d’archives diverses, d’Octave Crémazie à Roland Giguère, de Laure Conan à Josée Yvon, est désormais fermée au public.

     

    La Médiathèque ainsi que le groupe La Passe, qu’elle abrite, ont en effet dû se conformer à l’ordre d’éviction donné par la Commission scolaire de Montréal, qui est propriétaire du bâtiment de la rue de la Montagne. L’aventure se terminait donc vendredi soir par la projection du long métrage Gaston Miron, un homme revenu d'en dehors du temps, de Simon Beaulieu. Samedi, la Médiathèque et La Passe organisent une kermesse devant le bâtiment et, samedi soir, un concert y sera présenté, où, notamment, Gilles Bélanger chantera Miron.

     

    Forcés de fermer leurs portes, les deux organismes ont jusqu’au mois de mars pour déménager la prodigieuse collection d’oeuvres de littérature quelque part. Et pour l’instant, ils ne savent pas où ils iront. Le tout semble le produit d’un imbroglio bureaucratique, par lequel la CSDM a évoqué la présence de moisissures pour réclamer la fermeture de l’édifice. Or les études démontrant la présence de ces moisissures semblent introuvables.

     

    C’est pourquoi Gaëtan Dostie et le collectif La Passe ont refusé à ce jour de signer le document dans lequel ils reconnaîtraient le caractère inhabitable de l’édifice.

     

    Sans moyens

    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

    Pendant ce temps, ils attendent toujours les ressources promises par la CSDM pour les aider à déménager, alors que celle-ci vient de leur interdire l’accès au stationnement.

     

    Le déménagement de la collection coûterait 10 000 $, selon Hubert Gendron-Blais, du collectif La Passe. Or il est clair que tant la Médiathèque que le collectif, qui reposent quasi entièrement sur du travail bénévole, n’ont pas les moyens d’assumer cette dépense.

     

    Par ailleurs, Dostie, qui a commencé à collectionner les oeuvres littéraires à l’âge de dix ans, par des premières éditions de l’École littéraire d’Émile Nelligan, doit rencontrer lundi des représentants du ministère de la Culture.

     

    Mais c’est la CSDM qui est propriétaire de l’édifice de la rue de la Montagne, dont le toit nécessite d’urgentes réparations. La commission scolaire n’a cependant pas de budgets pour entretenir ses nombreux bâtiments excédentaires, dont fait partie l’immeuble qui abritait à ce jour la Médiathèque.

     

    Plusieurs intervenants dans ce dossier auraient souhaité qu’une solution de rechange à l’expulsion soit présentée. Mais une fonctionnaire de la CSDM aurait avancé en pleine réunion : « On ne fait jamais ça, présenter deux scénarios, parce que les commissaires n’ont aucun jugement. » Or trois commissaires de la CSDM s’étaient prononcés pour une solution de rechange à l’expulsion.

     

    Hypothèse rejetée

     

    Une hypothèse qui aurait pu être étudiée, selon l’urbaniste Gérald McNichols Tétreault, est celle voulant que les travaux se poursuivent en même temps que se maintiendraient les activités de la Médiathèque.

     

    Mais cette possibilité n’a pas été considérée. De son côté, le ministre de la Culture et des Communications du Québec, Luc Fortin, a demandé à Bibliothèque et Archives du Québec d’être prête à intervenir pour évaluer la collection de Gaëtan Dostie. Pour Hubert Gendron-Blais, BAnQ est cependant une sorte de « morgue » des livres, tandis que Gaétan Dostie, comme le collectif La Passe, souhaitait maintenir une animation publique autour de la collection.

     

    Avec le Musée de l’imprimerie du Québec, Bibliothèque et Archives multimédias, le collectif Anarchives, la Fondation Jacques Ferron et la Place de l’Amérique française des peuples autochtones, Gaëtan Dostie et les membres du collectif La Passe rêvent d’ailleurs de créer une place des lettres de l’Amérique française.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.