Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La langue mêlée de Marc Cassivi

    Pamphlet contre les zélotes du français, «Mauvaise langue» n’est pas à la hauteur

    Louis Cornellier
    19 mars 2016 | Louis Cornellier - Collaborateur | Livres | Chroniques
    Marc Cassivi se dit souverainiste et partisan de la loi 101. Tant mieux. Toutefois, à le lire, on se demande bien comment il concilie ces prises de position avec le reste de sa pensée.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Marc Cassivi se dit souverainiste et partisan de la loi 101. Tant mieux. Toutefois, à le lire, on se demande bien comment il concilie ces prises de position avec le reste de sa pensée.
    Essai
    Mauvaise langue
    Marc Cassivi
    Somme toute
    Montréal, 2016, 104 pages

    Si je me laissais aller à parler en franglais comme Marc Cassivi se plaît à le faire dans le privé, je dirais que le chroniqueur de La Presse, dans Mauvaise langue, est « à côté de la track ». Essai polémique sur la situation du français au Québec, ce livre accuse les « chevaliers de l’apocalypse linguistique », dont je ferais partie, de tout mélanger, alors qu’il s’agit là, précisément, de son propre travers.

     

    Passons rapidement sur la dénonciation de « ces nouveaux curés de la patrie, repliés sur le “ nous ” francophone-blanc-catholique », si grosse qu’elle se réfute elle-même en s’exprimant. Blanc et catholique ? Ce n’est pas sérieux. Le maire Jean Tremblay n’est pas si populaire que ça, surtout chez les souverainistes.

    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Marc Cassivi se dit souverainiste et partisan de la loi 101. Tant mieux. Toutefois, à le lire, on se demande bien comment il concilie ces prises de position avec le reste de sa pensée.
     

    Cassivi, par exemple, écrit que « bien des zélotes dénoncent les dangers du bilinguisme individuel ». Ah bon ? Qui ça ? Les partisans les plus acharnés du Québec français n’ont toujours dénoncé que le bilinguisme institutionnel ou collectif. Le problème, pour eux, n’a jamais été que Pierre, Jeanne ou Kevin apprennent l’anglais pour lire Orwell dans le texte (c’est rare) ou pour « s’ouvrir sur le monde » en écoutant du Beyoncé ou en allant à Disney en famille. Non.

     

    Ce à quoi s’opposent les zélés défenseurs de la Charte de la langue française, c’est à un Québec dans lequel l’anglais serait une langue nécessaire, incontournable, pour le travail, pour les études, pour la promotion sociale, pour le prestige, pour la réussite de la vie, quoi. Ils sont d’accord avec Cassivi pour dire qu’« une langue n’est pas une prison ». Seulement, ils savent, eux, que c’est quand une langue est bafouée qu’elle emprisonne ceux qui la parlent dans le mépris.

     

    Être pour le Québec français, ce n’est pas nier à qui que ce soit le droit d’apprendre toutes les langues qu’il lui plaît de baragouiner (pour la maîtrise, on attendra) dans son salon et en voyage ou pour écrire des chansons qui « pognent » à l’international. C’est refuser que l’anglais, au Québec, devienne une condition d’embauche (sauf dans quelques cas) et un savoir nécessaire à la réussite des études. De cela, qui est l’essentiel, Cassivi ne parle jamais dans son brûlot égotiste.

     

    Étroitesse de vues

     

    Ce qui n’est pas normal et qui mérite d’être dénoncé, c’est le fait qu’une première ministre du Québec, un État dont la seule langue officielle est le français, soit critiquée parce qu’elle ne maîtrise pas l’anglais ; c’est le fait que pour étudier, au baccalauréat, au Québec, en sexologie, en physique, en médecine ou en soins infirmiers (je cite ces cas qui m’ont été confirmés par mes anciens étudiants du collégial), il faille se coltiner une majorité de références en anglais ; c’est le fait que de plus en plus d’employeurs exigent, en douce mais en appuyant, une connaissance de l’anglais pour une foule d’emplois.

     

    Quand André Braën, professeur de droit de l’Université d’Ottawa, écrit que le français, au Québec, est « la langue d’une majorité incapable de l’imposer », c’est à ces situations qu’il fait référence. Cassivi peut bien se gausser en lâchant « m’est avis qu’il passe trop de temps outre-Outaouais », il ne montre par là que son étroitesse de vues.

     

    On aimerait que le chroniqueur de La Presse ait raison d’affirmer que le français est, au Québec, « dans les faits comme dans la théorie, la langue officielle et la langue d’usage », mais ce n’est vraiment pas toujours le cas. Pour que cela le soit, il faudrait que le français s’impose ici non seulement comme seule langue nécessaire partout dans l’espace public, mais comme langue suffisante. Il faudrait, en d’autres termes, non seulement en avoir besoin, mais pouvoir s’en contenter. Nous en sommes loin.

     

    Cassivi a raison de se réjouir du fait que les anglophones et les allophones sont plus nombreux aujourd’hui qu’hier à pouvoir s’exprimer en français, mais si cela ne change rien à la situation déjà mentionnée, c’est-à-dire à l’obligation pour les francophones de connaître l’anglais pour travailler et étudier ici, le gain demeure presque sans effet.

     

    Franglais créatif

     

    C’est sur ce terrain, celui du statut du français, donc, que se joue l’essentiel. Le reste relève de l’épiphénomène. C’est le cas, notamment, du débat sur le franglais comme langue de création. Les critiques de cette tendance savent bien qu’il ne s’agit que d’un symptôme et non du problème principal. Toutefois, ils considèrent, avec raison, que ce symptôme est révélateur d’une inquiétante attitude de colonisé.

     

    D’abord, sur le plan existentiel, il faut reconnaître qu’il y a quelque chose de tordu à choisir une langue autre que la sienne pour exprimer l’essentiel de l’être, qui est ce qu’on attend d’un art véritable. « Pour transmettre un message universel le plus efficacement possible, de nos jours, il existe un moyen de communication tout simple et largement répandu : on appelle cela l’anglais », écrit Cassivi, laissant ainsi entendre, peut-être malgré lui, qu’il n’y a pas d’universalisme possible hors de la langue dominante et que le reste est folklorique.

     

    Mépris de sa culture et conception superficielle de l’art se conjuguent ici dans une apologie de l’aliénation librement consentie, qui prend l’oeuvre de la chanteuse Adele pour du grand art et les films américains de certains de nos cinéastes pour de grandes manifestations de la culture québécoise à l’étranger, en anglais. Or, que reste-t-il d’une culture nationale sans la langue qui la constitue ? Gaston Miron n’a pas eu besoin d’écrire en anglais pour être universel et les films américains de Denis Villeneuve ne sont que ça, américains.

     

    Marc Cassivi se dit souverainiste et partisan de la loi 101. Tant mieux. Toutefois, à le lire, on se demande bien comment il concilie ces prises de position avec le reste de sa pensée. Rêve-t-il d’un Québec indépendant bilingue, incarné en anglais sur la scène internationale par nos artistes ? Pour cela, le Québec canadien actuel du confort et de l’indifférence suffit amplement. De toute évidence, il n’y a pas que la langue de Marc Cassivi qui est mêlée.

    Mauvaise langue
    Marc Cassivi, Somme toute, Montréal, 2016, 104 pages












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.